ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 douce misère.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:45


©fyhannibal.

sinclair, oscar.

nom complet ≌ sinclair, c'est le patronyme des plus lambdas. il fait claquer la langue contre le palais, douceur des syllabes qui se faufilent entre des lippes acharnées. oz, c'est en réalité oscar qu'il s'appelle, prénom qu'il cache sous le diminutif inlassablement crié dans les rues et avenues. âge & date de naissance ≌ vingt-six années, susurrées et murmurées, filée dans la discrétion sous des sourires niais dissimulant bien plus qu'une carapace vidée. c'est la ville de monaco qui l'accueille, râles étouffés dans des pleurs, visage esquinté auquel il fait encore endurer d'insoutenables peines alors que la température d'un vingt-neuf février digne d'un rude hiver vient s'écraser sur les épidermes, frissons qui parcourent les échines et qui met en dangers deux vies insignifiantes aux yeux de tous, même du plus bas des peuples. signe astrologique ≌ poisson, les lèvres s'étirent quand on en est conscient. si certains y voient des bienfaits quelconques sous les alignements des astres, lui, ça lui rappelle juste de mauvais souvenirs qu'il préfère mettre loin, très loin derrière lui. origines & nationalité ≌ seules les racines maternelles comptent, patronyme qu'il a hérité de cette femme qui n'était qu'un fardeau. français, il ne s'est jamais considéré comme ayant d'autres antécédents, désormais oubliés, enterrés, à jamais. père inconnu, difficulté à savoir d'où il vient, celui qu'il est n'est que défini par la face d'une pièce, l'autre étant estompée. job ou études ≌ les petits boulots s'enchaînent comme les insultes prononcées. malfrat, racaille, délinquant, la névrose des allées, définition de lui qu'il ne reconnaît pas. il travaille, ici et là, ne cherche pas la stabilité car bien trop redondante, répétition des gestes et mouvements qu'il ne supporte pas, l'envie de bouger encore et toujours pour ne pas s'enraciner dans des sols qu'il aimerait quitter. orientation sexuelle ≌ les femmes, les courbes qui font chavirer. palpitant qui s'accélère à leur toucher, battements qui fracassent le poitrail, cage thoracique qui ne demande qu'à se rompre sous les carrures féminines convoitées. statut matrimonial ≌ la solitude n'est pas un fardeau, bien au contraire. facilité à se détacher, à balayer d'un revers de la main des existences qui auraient pu compter si sous la carcasse se cachait un cœur battant. âme esseulé, choix personnel qu'il maintient du mieux qu'il peut quand bien même elles peuvent lui faire perdre les pédales. elle peut lui faire perdre les pédales. situation familiale ≌ une mère. la simple mère, elle et personne d'autre. elle habite dans la périphérie de lyon, pas à même l'agglomération. trop d'agitation, qu'elle dit, trop de bruit et de problèmes auxquels elle ne veut pas avoir à faire. une mère, et l'impression d'avoir à gérer des gosses. une mère qui ne peut pas se débrouiller seule. une mère naïve, craintive et fracassée par des aléas de la vie. situation financière ≌ €€, juste assez pour payer la colocation et les dépenses qui s'en suivent, ainsi qu'aider financièrement sa mère, mais sinon pas un sous pour sa poire. groupe ≌ lynx. avatar ≌ bob flawless morley.

,, a lil more about u
1. la bécane, ça fait près d'un an qu'il l'a en sa possession. la précédente a fait long feu, carcasse bousillée après des chutes répétées. courses de moto, vengeance sur le métal lors des combats de rue gagnés, assaillants envieux qui n'ont rien trouvé de mieux à faire que de venir briser l'armure de ferrailles. 2. les métiers s'accumulent. multifonctions. au guichet du mcdonalds du coin, dans un garage à proximité, plombier, agent de fourrière pour les voitures et autres moyens de circulation abandonnés, serveur dans un restaurant de la haute, barman à ses heures perdues, il prend tout ce qu'il trouve se décarcasse pour combler les créneaux de libres. 3. il a joué de la gratte. pas pour le style que ça pouvait lui donner, juste pour sa mère qui se calmait sous chaque mélodie qu'il pouvait créer. encore aujourd'hui, ça l'apaise, aussi bien elle que lui. ce n'est pas quelque chose qu'il montre aisément, ce n'est pas une activité qu'il pratique régulièrement. la guitare prend la crasse, poussière qui s'accumule. 4. il aime bien trop les séries ainsi que les comics pour pouvoir vivre sans. sa chambre, dans la colocation, c'est un autre univers. un autre homme, une autre facette qu'il ne montre pas à l'extérieur. des petits objets de collection positionnés sur le bureau, sur les étagères trônent des bande dessinées, valeur sentimentale qu'il ne peut pas jeter. 5. oscar, synonyme de l'amusement, de la rigolade et de la raillerie. à toutes heures, à chaque moment de la journée. vile et sournois, pourtant concerné par ces autres qu'il ne connaît pas forcément. fouteur de merde professionnel, impulsivité et virulence des mouvements, l'emportement qui prend le contrôle sur le bon-sens. 6. sans coeur. il a grandi, tout de même. n'est plus le gamin qui tirait les cheveux de ses camarades. n'est plus celui qui tirait les jupes des filles sans le simple but de les humilier aux yeux d'autrui. il a essayé de mûrir. mais dans certains domaines, les lacunes persistent. les fréquentations, toujours aussi merdiques. les femmes, à la pelle quand bien même le cœur semble battre sous les regards d'une étrangère dont les sentiments envers elle ne sont que croissants. et ça, ça le perturbe. ça le rend fou, lui, l'indépendant. il ne peut pas s'enticher d'une nana. pas lui. 7. les études. on se demande toujours ce qu'il a fait. on le croit con. beaucoup le pensent incapable. pourtant, il en a, des diplômes. deux licences dans leur intégralité, une en littérature et média, l'autre en sciences économiques. puis un du, savoir convaincre, traitant de l'éloquence et de la rhétorique. mais ça, ça le passionne pas réellement. ça n'aide personne. ça ne fournit pas de services particuliers. alors qu'en étant garagiste, chauffeur de taxi au black, plombier ou même coursier, ça vient à la rescousse. 8. deux personnalités, collision. il est le feu et la glace. ardent est le zéphyr qui le caractérise, il passe, il ne s'arrête pas dans les vies de chacun, simples rencontres qui pour la plupart n'aboutissent à rien de bien concret. des connaissances et amis de longue date, les nouveaux peinant à trouver leur place. il chamboule l'existence avant de se retirer, sourire malicieux du iu sais où me trouver, si jamais, ça coupe les ponts ou ça reprend contact après qu'il se soit estompé dans les quotidiens. imprévisible et dérangeant, oz, c'est les souvenirs de passés qu'ils aimeraient peut-être oublier.

pseudo/prénom ≌ wanheda, vivi. âge/pays ≌ france. type de personnage ≌ inventé.  avis sur le forum ≌ coo-coo-coolos. autre ≌ bruh.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:46

bonsoir peuple lyonnais.  :lolo:  :hehe: j'aimerai bien réserver bob morley, s'il vous plaît  :girl:

,, lemme sit on top of your knees
running through the parking lot
he chased me and he wouldn't stop


Il n'a jamais été aussi high. Sensation d'un monde qui s'effondre sous ses talons pourtant vivement accrochés au goudron. Chaque pas semble se manifester comme une presque chute, l'impression de tomber et dans une seconde happée, il se rattrape inconsciemment au peu de lucidité qui secoue l'essence dispersée. Il voit double, triple, d'innombrables images démultipliées, vision floutée. Les paupières se ferment, crispées et laissent apparaître quelques traits creusés aux extrémités des yeux. Le souffle est court, haletant, comme si le cœur mettait toute son énergie pour, dans la finalité, si peu de production créée. Esquinté, ses pas sont lourds et tapent contre le bitume maltraité. L'index et le majeur tiennent une cigarette roulée qu'il porte à ses lippes alors que vient s'adosser son dos à une paroi humide. Protégé par un blouson, cuir teinté dans des registres marrons, fidèle veste dont il décore ses épaules au quotidien. Il tire sur la sèche, observe la fumée évacuée qui s'évapore dans l'atmosphère. Comme toutes choses, elle se laisse disparaître. Sans aucune lutte alors que lui, il s'accroche à une existence qui, sous les plaintes maintes fois énoncées, lui reste précieuse. Les allées sont désertes, les aiguilles de sa montre l'interpellent. Curiosité de voir cette insomnie s'ancrer dans les temps, s'implanter en lui quand bien même la fatigue est ressentie. Les yeux se ferment, mais Morphée ne veut jamais le prendre dans ses bras. Il le laisse, là, à vainement s'entêter, à vouloir s'assommer le crâne contre une façade pour saisir un répit qu'il n'a pas eu l'opportunité d'avoir les jours précédents. Rêveries interrompues quand il sent la chaleur venir lui titiller les doigts, cigarette qu'il laisse tomber sur un sol déjà bien maculé. La semelle écrase, enfonce et fait taire la fumée. Le soupir est lâché, l'une des paumes vient ébouriffer les cheveux qui n'ont plus aucune allure. Ou qui n'en ont peut-être jamais eu ? Il humecte ses lèvres en se mordillant l'inférieure, se redresse en sillonnant de ses iris les alentours à l'atmosphère discrète. Il doit rentrer. Il est déjà tard, et l'idée même de faire grincer la porte d'entrée alors que sa colocataire est peut-être endormie lui donne quelques frissons. Pas l'envie de déranger, pas l'audace de la voir complètement à côté de ses pompes. Peut-petre est-il mieux, dehors. Peut-être que sa place est ici, présentement. A frotter ses chaussures contre les sols, à soupirer nonchalamment alors que les pensées se heurtent à des murs que l'on ne peut pas outrepasser. Des parois qu'il a lui même façonné dans cet esprit infaillible que tous les autres peinent à cerner. Oscar est-il gentil ? Non. Méchant ? Non. Il n'est rien, il est lui. L'indécis, l'entêté. Le joueur, celui qui mène les danses, le dominateur. Qui, dans la finalité, se voit tout autant briser. Stupides paris, stupides pensées qu'il n'arrive pas à démêler. Jeux, séduction. Amour, amitié. Authenticité, faux-semblants. Il ne sait plus ce qu'il fait, ni dans quoi il s'engage. Routes sinueuses, virages à cent-quatre-vingt degrés qu'il ne voit pas arriver. Et là, des femmes que l'on percute et qui marquent les esprits. Oscar, bien que grand charmeur dans des nuits en solitaires finalement terminées dans les draps d'inconnues ou dans les siens avec une invitée, il répugne l'amour. C'est éphémère. Ça passe, ça reste le temps d'un instant que l'on ne peut pas emprisonner, et ça repart. Ce n'est pas éternel, ça s'évapore, ça tombe dans l'oubli, dans un néant dans lequel il ne souhaite pas se perdre. Alors il a beau s'attacher, il préfère feindre. Jouer les indifférents, cœur dissimulé mais libido bien en vue.

Cela fait bien trop longtemps que ses yeux sont rivés sur la silhouette féminine. Il y en a tant d'autres, tellement plus autour de lui, collées à ses vêtements qui ne demandent qu'à être arrachés dans une passion dévorante, ardente mais temporaire. Première fois qu'il la voit, carrure féminine qu'il scrute inlassablement alors que des coups de coudes lui font froncer les sourcils. « Non mais gars, t'y arriveras pas. Tu sais pas comment elle est. » Un signe de la main qu'il fait dans le vent, comme pour le dire qu'ils ne comprennent rien. Qu'ils ne savent rien. Son regard est attiré vers eux, il lève les yeux vers le plafond illuminé de multiples couleurs aveuglantes avant de tirer sur la boisson alcoolisée qui lui brûle légèrement le gosier. L'habitude, la routine, aucune grimace esquissée. « Me mets pas dans le même panier que toi. T'as pas pu t'la faire. Moi, j'm'y vois déjà avec elle. » Sourire en coin, la raillerie sur les lippes alors que le verre se pose sur le comptoir. Il s'approche, prédateur, créature qui se faufile entre les silhouettes dansantes, mains qui effleurent innocemment des courbes, clin d'œil qui se glisse dans le regard. « Tu tiens ce verre plein depuis trois quart d'heure. Tu voudrais pas le vider ? » C'est pas une phrase d'accroche, c'est juste une tirade lancée, le constat réalisé après l'observation de la blondinette. « Tu voudrais pas plutôt t'occuper de tes affaires ? » Oz, il ne peut s'empêcher d'étirer le plus grand des sourires à l'entente des représailles, lippes légèrement retroussées alors qu'il vient se lécher les lèvres. De haut en bas, il la reluque alors qu'elle s'échappe peu à peu de son champ de vision, sachant qu'indéniablement, il aurait l'opportunité de la recroiser. Tôt, ou tard.

Les rues sont vides. Du moins, c'est ce que l'on montre. Dans les allées retirées, peu fréquentées et encore moins fréquentables, on entend les râles, les cris d'hommes dont la testostérone est au plus haut. Des groupes, des clans, des équipes. Les poings se lèvent face à l'adversaire, pure plaisir de la violence et de la bestialité. Combats de rue qui font suer. Il n'est pas rare de le voir, l'une des pommettes violacée, la taillade ici et là sur ses membres découverts. On le sait, ou on ne le sait pas, ce n'est pas un fait qu'il clame de vive voix. On a conscience de son impulsivité. Celui qui frappe et qui cause ensuite. Celui qui fracasse les crânes dans les bars, dès lors que quelque chose lui déplaît. Ça peut être personnel, tout comme altruiste. Briser parce qu'il se sent offensé, craqueler parce que ces bourreaux font du tort à des victimes. Lui aussi, il aime chahuter. Des bouc-émissaires, il en a énormément. Mais ça ne cherche jamais la méchanceté. La taquinerie, simple moquerie, boutade énoncée, susceptibilité qui peut être dévoilée. Pas sa faute si ces autres, ils sont douillets.

Frêle et innocente. Elle est jolie. Sublime ? Il ne sait pas. Elle a l'air douce, audacieuse et intelligente. Quand il la regarde, il ne voit que la douceur sur les traits de son faciès, ces yeux clairs qui transpercent la pénombre des siens. Camille, l'étrangère qui intrigue. La routine pesante, redondance qu'il veut faire disparaître. Camille, à qui il veut faire découvrir un monde qu'elle ne connaît pas, la sortir des allées battues pour lui montrer les splendeurs d'une existence qui lui est encore inconnue. Camille, qu'il pourrait faire traîner dans les rues à des heures improbables dans le simple but de lui montrer la ville sous les rayons lunaires. Ou juste pour passer du temps avec elle. Camille, qu'il pourrait faire monter sur sa bécane alors que personne n'en a l'autorisation. Camille, qu'il pense inlassablement et qu'il chasse aussitôt de sa mémoire. L'amour, c'est pour les enfants, et Oz, ce n'en est plus un. Alors il prend la clé, ferme les portes d'un palpitant qu'il aimerait parfois voir s'éteindre, abandonne le passe-partout pour être sûr qu'il soit verrouillé à jamais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:50

il n'est pas réservé, mais Louis vient de finir sa fiche du coup je crois que c cho pour avoir Harmon :bu:
(genre, tu l'as appelé Oscar. GENRE COMME OSCAR QUOI :fall: )
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:53

:noo: :noo: :noo: :noo:
bon.
bon.
bon.
adieu alors ? :mmh:
(mais oui, oscar, comme oscar quoi, oscar isaac :girl:)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:54

BAH OUI, COMME DIEU DONC :hihi: :hihi:
tu veux de l'aide pour choisir ? j'suis sur qu'on peut trouver un canon de ouf, chanmé, pour Oz :sisi:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 0:57

ce mec, oscar il est :lolo: :lolo: :lolo:
:sisi: je sais pas. idk. j'avais tout mon personnage en tête avec la tronche de cake de richard, je sais plus quoi faire, j'ai absolument aucune idée de tronche qui collerait aussi bien. :mdr:  :mmh: pour une fois j'étais là en mode « yolo bb, j'vais enfin te jouer  :hu: » ce fail.  :noo: bon, si t'as des idées je dis pas non. :sisi: mais bordelou va falloir me convaincre. :kill:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 1:00

j'suis d'accord, c'pas pour rien que je lui fais des enfants :hihi: (Arthur si tu passes par là Arrow)
hum, ton personnage il est comment, que je lui trouves un visage ? un gars genre iwan rheon ça passerait pas ? ou ricky whittle pour rester dans the 100 ? ou hayden christensen ? :argh:
(non mais parce que bon, j'aurais bien voté pour hiddleston tu vois, ou madden... mais ils sont peut-être trop vieux ? :hehe: )
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 1:06

DAMN MAIS T'ES SÉRIEUSE A CITER MES DEUX AUTRES FAVORIS ? HIDDLESTON. ET. MADDEN. (ah purée j'suis bêbête, c'est toi, normal que tu saches) :a: mais ils ont pas la tête assez... spéciale ? :sisi: Oz, c'est un raté. Il est pas con, loin de là. Plutôt intelligent, mais il a toujours sa mère dans les baskets, qui ne sait pas s'occuper correctement d'elle-même, qui merde tout ce qu'elle fait, donc il est un peu son support, son accoudoir. C'est le dude qui dort en cours parce qu'il a pas pu fermer l'œil de la nuit en entendant sa mère se lamenter sur son sort. :sisi: mais c'est le mec qui profite de la vie, bien trop souvent, sans penser aux conséquences, tant que ça lui plaît à lui, un peu égoïste sur les bords, il se justifiera en disant qu'il peut bien se faire plaisir de temps à autre et qu'il est déjà assez altruiste avec sa génitrice. :sisi: iwan l'est trop âgé, madden a un visage trou choupinet, hiddleston est seksy mais il est trop âgé aussi, et ricky, bah, il colle pas trop je trouve :a: /paf/
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 1:17

MAIS GENRE T'ES SERIEUSE JE TE PARLE DE MADDEN ET HIDDLESTON ET TU REAGIS PAS What a Face

Adam Driver ? Alex Ludwig ? Dane Dehaan ? Dougie Poynter ? Evan Peters ? Jack Falahee ? Jack O'Connell ? Joe Dempsie ? Max Mauff ? Rupert Grint ?
EDIT: Rami Malek ou Matt Smith aussi Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 1:22

Non mais j'ai cru que c'était le destin, le hasard, l'aléatoire t'sais. :siffle:
Bon en vrai faut que j'y réfléchisse, parce que le simple fait de me dire que je dois changer de tête alors que j'ai imaginé le gugus avec les traits de Richard, ça le fait pas. :a: #déception #dégoûtéeparlesombredessein Je note toutes tes propositions tout de même, et je verrai si je trouve chaussure à mon pied. :girl: (Sinon, on se retrouvera dans d'autres aventures, sur d'autres forums :a:)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 10:37

Hey salut toi :hihi: 
Déjà, je kiffe ton personnage ohlala I love you C'est dommage pour Richard, mais on va te trouver une autre tête, t'inquiètes :hehe: (quand Lucie est lancée, rien ne peut l'arrêter :yy: ) Dans ce qu'elle a proposé d'ailleurs, j'trouve qu'Evan Peters collerait trop bien :fall: Ou sinon, j'peux te proposer hmm.. Ben Whishaw ? Il a ce "truc". Eddie Redmayne ? Peut-être trop âgé :mmh: Clément Chabernaud ? Daniel Bederov ? :moh: 
Bienvenue parmi nous en tout cas, j'espère que tu vas décider de rester quand même :ananas:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 311
≌ FACE, CREDITS : vanessa hudgens, ultraviolences


,, hear me roar.
≌ disponibility: y a de la place
≌ contacts:

MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 10:45

Bienvenue I love you Bon courage dans cette quête d'une nouvelle. Lucie a donné pas mal de noms, j'en vois pas d'autres pour le moment a rajouté :mdr: j'avais notamment penser à Dane aussi :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 13:10

bienvenue ici et bon courage pour te trouver un nouveau visage du coup :yy: , lulu en a cité pas mal et j'avoue ne pas avoir d'idée :hide:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 17:47

Vous êtes tous géniaux à me proposer de nouvelles bouilles (et merci pour les compliments sur le personnage :moh:).  :perv: J'allais pencher pour Dehaan ou Peters, mais quelqu'un a mentionné le prénom que je ne voulais pas lire au risque de céder, du coup, voilà, j'ai cédé comme une faiblarde et j'ai pris Bob Morley.  :noo: Merci à vous tous pour votre aide, vous êtes jdhbgdf incroyablement jonti.  :cr: J'espère qu'on se trouvera tous de jolis liens drôles et tordus.  :cute:  :**: Du coup, tentative n°2, serait-il possible de me réserver Bob Morley, s'il vous plaît ?  :girl:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 17:55

TEY PA BO :hehe:

(bah non, t'es bob, laule Arrow)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 21:14

je sais que tu m'aimes d'amour, lucie.
et je sais que tu me trouves trop bô et que tu pourras pas me résister. :yy:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 21:47

Je laisse ma trace ici :vv:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Lun 25 Jan - 21:48

*lui écrase doucement le cœur en gueulant qu'il a réussi son pari àlakon* :hihi:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Mar 26 Jan - 13:43

content que tu t'sois finalement trouvé un nouveau visage, puis pas n'importe lequel. :fall: :fall:  (comment #murphamy me fout comme feels  :huhu: )
bob et le caractère bad boy d'oz, j'adhère. :vv:  et quelle plume.
bienvenue donc! hâte de voir rp.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Mar 26 Jan - 14:38

Ton paragraphe sur ma Camille. :**: :aah: :cute:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: douce misère.   Mar 26 Jan - 21:07

#murphamy c'est la vie. :cr: merci beaucoup à toi. :perv:
camille, ma camille, ma mienne. :girl: :siffle: j'espère que t'as aimé. :hehe: :keurbz:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 630
≌ FACE, CREDITS : jeremy by dark dreams.


,, hear me roar.
≌ disponibility: 3/4.
≌ contacts:

MessageSujet: Re: douce misère.   Mar 26 Jan - 21:50

baaaaabe ton perso est trop beau, j'aime tellement ta plume j'ai dévoré ta fiche :fall:
j'te valide direeect :sisi: bienvenue chez toi, tu te débrouilles pour la suite hein :siffle:

_________________

you don't know it, when it's fate ;
YOU FEEL IT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: douce misère.   

Revenir en haut Aller en bas
 
douce misère.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manon Margaux Chérie (springs to me) version Manon la douce (blonde)
» Entrée en douce
» Drogue douce. (Vive Backe :noel: )
» Un peu de sel dans l'eau douce !
» [Seigneurie de Baraçé] La Douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciennes fiches-
Sauter vers: