ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we are the heroes of our time. #fantasticfour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Ven 29 Jan - 12:16


but we're dancing with the demons in our minds.

ft albane, louis, robb

elle regarde dehors la brune, et elle soupire. c'est si terne dehors. le soleil se couche derrière les bâtiments. la journée se termine, enfin. la fin d'une semaine haute en couleur, éreintante pour ses épaules frêles. les cours, les élèves, les parents, le froid, le travail, encore les cours, encore les élèves. adèle. alice. arthur. elle a un pincement au coeur au souvenir de ce dernier. ça fait trop mal l'espoir. ça fait trop mal de s'attacher. parce que tôt ou tard le gars se lasse, s'échappe, s'en va. un jour on le retrouve dans les bras d'une fille plus belle, plus douce, et c'est fini. robb. oz. elle n'a jamais vraiment eu de chances en amour, elle sait que ce n'est pas aujourd'hui que les choses vont changer. elle soupire la brune. elle est lasse. plus de soleil. plus de sourire. pas aujourd'hui. la porte ferme soudain et elle se retourne, surprise. c'est adèle, elle est partie. soirée entre copines se souvient lucie. ce sera donc vendredi soir devant un film pour l'institutrice qui gémit et laisse tomber sa tête sur ses bras pâles. ça craint. elle ne se sent pas de rester seule, pas ce soir. pas aujourd'hui. jamais. elle n'a jamais été du genre à aimer la solitude. gamine, elle courrait chez ses cousins dès que le silence de son père devenait trop pesant, se nourrissant des rires glorieux des garçons. un son revigorant qui la rendait heureuse, enfin. soudain elle hésite, elle a une idée. un plan de secours. le genre de plan qui vous sert du vin, vous offre de la glace et vous berce tendrement en vous écoutant vous plaindre de la couleur de vos rideaux ou de la jalousie découverte au détour d'un tour de vélo. voir ses meilleurs amis lui fera du bien. elle se lève, soudainement pleine d'énergie, et attrape son sac sans même prendre la peine de se changer de sa longue journée. elle sait qu'elle pourrait arriver à minuit, du sang partout, l'air menaçante qu'elle serait quand même accueillit chez ses amis. robb et albane. ça lui a fait étrange lorsqu'elle a su que les deux vivraient ensemble. un fond de jalousie de ne pas faire partie du plan, déjà. et puis, le fait de la voir soudainement si proche de robb l'a touchée plus que de raison. ça fait des années qu'ils ont rompu, elle est passée à autre chose. pourtant parfois Lucie le regarde, le voit rire, et se souvient de la force de leur tendresse et du regard de la parisienne entichée à son bras. saletés d'émotions. elle enfile sa veste et son écharpe pour se noyer sous la chaleur, et elle part. c'est pas si loin, chez eux. c'est chauffé, c'est plutôt grand, c'est convivial. et puis c'est chez eux. presque comme si c'était chez elle. c'est d'ailleurs pour ça qu'en arrivant elle n'a pas même besoin de frapper. elle a la clé, de toute façon. pour arroser les plantes quand ils sont absents qu'avait dit robert en riant. elle laisse tomber son sac dans l'entrée et gueule. “Robb, sort du vin !” le bonsoir n'est pas de mise quand on est avec soi même. alors qu'elle rejoint le salon, la voix de Louis vient tiquer à ses oreilles. il est là lui aussi, parfait. “alors, on attend pas Patrick ?” référence qui pue, bonjour. elle se laisse tomber aux cotés de son cousin, se vautrant sur lui, la tête sur son épaule, invitée surprise qui sourit à albane. “salut beauté.” rien que de les voir, ça lui fait du bien. c'est bête, mais le soleil est revenu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Ven 29 Jan - 13:54




ft. lucie, louis, robb

Albane était complètement déboussolée. Pour la première fois de sa vie elle n'avait aucune idée de ce qu'elle était censé faire et cela ne lui était jamais arrivé en vingt-quatre ans. Depuis l'âge de six ans elle savait qu'elle ferait des études de lettres, depuis ses quatorze ans elle était en couple avec le même garçon, son mariage était d'ailleurs en préparation alors même qu'elle ne vivait pas avec son petit ami. Pourtant aujourd'hui tout avait changé et voilà qu'elle ne savait pas du tout comment agir face à la situation, elle n'avait pas mis fin à son mariage ou quoi, elle était seulement tomber sous le charme, cela peut arriver, mais pas quand on tombe sous le charme d'une jeune femme, aussi belle soit-elle, encore moins quand on est heureuse en couple avec un homme. Soupirant longuement en fermant la porte de son appartement, elle s'appuya contre cette dernière avant de porter sa main à ses yeux, le numéro de sa brune était clairement affiché et elle hésitait encore à appuyer sur le bouton vert pour lui proposer d'aller boire un verre comme elle y avait pensé à partir de la seconde où elles s'étaient quittées. S'apprêtant à céder à son désir, la présence de son colocataire la coupa dans son élan alors qu'elle fourrait son téléphone dans la poche de son jean. « Hey ! Déjà là ?! » Parce que clairement Albane s'attendait à être seule à l'appartement, pouvoir décompresser, se torturer l'esprit seule et tranquille, au lieu de ça non seulement Robb était là, mais elle pouvait déjà distinguer la masse de cheveux de Louis dépassant du canapé. « Carrément tu squattes toi ?! » Secouant la tête en retrouvant son sourire, elle se laissa à son tour tomber sur le canapé avant d'attraper un magazine de mode qui traînait sur la table du salon, un avantage de vivre avec Caroline. Commençant à tourner les pages du papier glacé, une vibration dans sa poche la tira de sa contemplation alors qu'elle s’apercevait d'un message de la magnifique brune qui vint agrandir un peu plus son sourire, tellement perdue dans sa rêverie, elle n'entendit même pas sa meilleure amie entrer, laissant ses doigts glisser sur l'écran pour répondre qu'elle serait ravie de la revoir. Pourquoi est-ce que son ventre se tortillait dans tous les sens ? Ce n'était qu'une fille, une amie. En parlant d'amie, la voix de Lucie la fit sursauter alors qu'elle s'empressa de verrouiller son téléphone pour que personne ne s’aperçoit de rien. « Salut ! Est-ce que je peux savoir quel est le but de se rassemblement ? » En aucun cas cela n'était un reproche, elle les aimait comme jamais elle n'avait aimé, tout simplement parce qu'elle n'avait jamais aimé personne, elle savait qu'ils étaient sa vie, à présent ils lui étaient indispensable. C'était eux sa véritable famille.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Ven 29 Jan - 20:16




ft. lucie, albane, robb

en se réveillant ce matin, la vie de louis lui parut on ne peut plus normale. rien ne trottait désespéramment dans sa tête, à la recherche d'une réponse qu'il n'avait pas. tout était calme, sans emmerdes, comme tant de matin depuis qu'il avait commencé son job il y a six mois. louis mettait cette plénitude agréable sur le compte de sa situation amoureuse, c'est-à-dire qu'il n'en avait aucune. pas de gonzesse, pas d'histoire, pas d'emmerdes dès le matin -et pas de regrets. c'était ainsi qu'il voyait le côté des choses. seulement, ce n'était pas sans compter qu'il vivait avec d'autres individus. parfois, louis aurait souhaité qu'il ait l'appartement pour lui tout seul. mais le choix ne lui appartenait malheureusement pas, mais plutôt son compte en banque. d'ailleurs, en parlant de ça, louis aurait tellement voulu voir la petite enveloppe ou le chèque en lui-même être posé bien droit sur la table de la salle à manger. ce matin, il n'en était rien. il avait payé le loyer il y a une semaine. son compte était troué et ses colocataires ne l'avaient toujours pas payé. ce n'était pas la première fois, c'est pourquoi une chaleur désagréable se déversa dans tout son corps. la mâchoire et les poings serrés, louis ne put s'empêcher de cracher des insultes dans sa barbe, comme si ça allait l'aider à se détendre et ne plus penser à ses enfoirés de colocataires (oui il était bien énervé sur le coup). en partant, il ne put s'empêcher de coller un mot "besoin de votre flouze les gens, j'suis au rouge. tu dors ici, tu payes. faites chier à la fin." il n'avait pas signé. ils sauraient qui était l'auteur. peut-être y était-il aller trop fort ? probablement. d'ailleurs, ce n'est qu'en se calmant dans le métro que le loulou sentit un remord lui mordre les tripes. et puis merde, tant pis. en y repensant deux minutes plus tard, il se dit qu'il allait quand même éviter de rentrer ce soir.
c'est ainsi que louis se retrouva chez robb et albane (oui les deux vivaient ensemble maintenant, si c'est pas cool). louis se demandait comment certains faisaient pour ne pas se prendre la tête. l'amitié et l'humilité n'étaient pas de mise dans sa colocation. louis aurait bien voulu emménager avec eux, mais d'un côté il aurait trop eu peur de finir aigri par leur présence comme avec jules et sasha dans son appartement. lou et robb discutaient depuis qu'il avait terminé le boulot et avait demandé asile. ce n'est qu'une heure et demie plus tard que la colocation se remplit
peu-à-peu. déjà albane entra en trombe et se laissa tomber comme un boudin sur un fauteuil. oui le temps que mes coloc nous oublient, moi et mon post-it. je finissais ma phrase avec un large sourire sarcastique. albane resta ensuite silencieuse. louis leva un sourcil tout en la scrutant, amusé. c'était tout ? la blonde était complètement absorbée par son téléphone. qui était la personne qui lui donnait ce sourire au coin des lèvres ? louis avait sa petite idée, mais avant même qu'il ne puisse l'interroger, la porte s'ouvrit à nouveau, laissant sa cousine entrer en trombe. le brun échappa un petit rire lorsqu'elle fit appel à robb. cette fille était un rayon de bonheur à chaque fois qu'il la voyait. une mèche de ses cheveux lui couvrit la bouche lorsqu'elle s'affala sur lui. pouah, lucie. il souffla à plusieurs reprises pour retirer la toile de sa bouche. rien qu'en faisant allusion aux araignées, louis frissonna. il trémoussa son popotin sur le canapé pour se mettre bien et posa ensuite lui aussi sa tête sur celle de sa cousine. que c'était bien de rien foutre. le hasard fait bien des choses... une réponse parmi tant d'autre à la question d'albane. il était trop tard pour qu'il puisse réfléchir à quoi que ce soit. il allait en débiter des phrases à la con ce soir-là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Ven 29 Jan - 22:28


but we're dancing with the demons in our minds.

ft albane, louis, lucie.

La colocation, ça a toujours plu à Robb. Robb, il a les moyens d'avoir un immense appartement pour lui tout seul. Enfin, surtout son géniteur, en fait, à qui il soutire de l'argent tout le temps, histoire de lui faire payer. Tout ce qu'il lui a fait, à lui et à sa mère. Même si ces blessures-là n'ont pas de prix. Mais bon, Robb, il n'aime pas trop être tout seul. Il a quand même besoin de son espace vital, certes. Mais il aime bien avoir du monde autour, aussi. Quand il rentre à l'appart', au moins là, c'est rarement vide et silencieux. Puis avec Albane, ça passe toujours bien. Il est content d'avoir pu l'emmener à une colocation avec lui, parce qu'il l'aime bien, la p'tite. Enfin, elle n'est pas si p'tite que ça, mais pour Robb, ça restera comme une p'tite soeur. Donc c'est la p'tite, point.
Louis se ramène à un moment, et ils passent près de deux heures à discuter de tout et de rien. Ça a toujours été simple, avec Louis. Parfois, il n'a même pas besoin de parler. C'est pour ça qu'il l'aime, son Louis. « Ouais, déjà rentré. Puis toi aussi ? » fait-il en réponse à Albane, étonné de la voir arriver si tôt, elle aussi. Affalé dans le canapé, lancé en pleine discussion, il n'entend même pas la porte s'ouvrir. Mais la voix de Lucie, ça, il ne peut pas l'ignorer. Un sourire se peint immédiatement sur son visage. Sans un mot, il se décolle du canapé à contre coeur, sachant que Lucie va prendre sa place le temps qu'il aille cherche ledit vin. Robb, il aime bien le vin. Sûrement une habitude de fils de riche, mais bon, avouons-le, y a pire comme habitude. La soirée semble bien lancée, visiblement, sans que ça ne soit réellement organisé, les voilà tous les quatre réunis. Robb ouvre la première bouteille, un peu de blanc pour commencer, et revient dans le salon avec quatre verres. Il dépose tout sur la table. « Lulu, tu sais que c'est MA place, là. » Il la taquine, s'approche du canapé par derrière et la décoiffe entièrement à l'aide de sa main. Elle déteste ça, comme toutes les filles, mais Robb aime bien l'embêter. Qui aime bien châtie bien, et Lucie, il l'aime bien. Bien beaucoup, même. Mais il assume. Certains crachent sur l'entente entre avec un(e) ex, mais à Chastain, ça lui plait assez, en fait. Pour bien déranger tout le monde, spécialité Robert, il vient s'incruster entre Louis et Lucie, les écrasant un peu au passage, avant de mettre ses bras autour des épaules de chacun. « Ah, j'suis vraiment bien installé. » frime-t-il avec un grand sourire enfantin. « Albaaaaane, tu sers à boire ? » Il lui offre un sourire de gamin fier de sa dernière note de dictée, en désignant du menton la bouteille et les quatre verres. Il inspire à fond, à l'aise. « Et puis ce rassemblement... ouais mais non, y a pas de rassemblement, on n'a pas besoin d'un rassemblement pour avoir envie de boire et d'être ensemble, voilà ! » Il redresse le menton, fier comme s'il venait de faire un discours terrible.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Sam 30 Jan - 15:18


but we're dancing with the demons in our minds.

ft albane, louis, robb

sur le chemin jusque chez ses amis, elle y pense. elle se demande comment ces idiots sont parvenus à prendre autant de place dans sa vie. si Louis a une certaine légitimité, lier à elle par les liens sur sang, Robb et Albane n'avaient aucune bonne raison de rester. deux âmes auxquels elle s'est accrochée, insupportable sangsue pardonnant tout, même la tromperie. on lui dit parfois qu'elle est trop bête lucie, qu'elle se laisse avoir. mais si elle sait qu'une part de vrai se cache là, elle ne peut s'empêcher d'être heureuse d'avoir un jour donné son pardon. d'avoir un jour fait l'effort d'y croire malgré tout. c'est un souffle d'air pur qui est arrivé dans sa vie le jour où elle a su à quel point ils comptaient. tous. ces gens qu'elle retrouve affalés dans un salon où la pénombre règne. ils ne sont même pas plus surprit que ça de la voir arriver, le manteau encore sur les épaules, et s'affaler comme chez elle. chez elle, c'est le mot. là où se trouve sa famille, son coeur et une part d'elle même. de toute façon, c'est légitime. même sa photo trône à l'appart, avec les autres. un cadre en particulier les entourent eux, les quatre mousquetaires, riant aux éclats dans un parc. des souvenirs partout, qui lui réchauffent le coeur. qui la rendent nostalgique mais heureuse, témoin de l'amour qu'ils se portent les uns les autres. c'est Louis qui lâche le premier son alors qu'elle se vautre sur lui, faisant naitre un sourire sur la bouche de la cousine fatiguée. “Un problème ?” qu'elle demande, ingénue qui passe le bras autour de lui pour être sur de le garder contre elle. coussin confortable et chaud, réconfort direct. elle ferme les yeux un instant, juste le temps de réaliser. de se détendre. de se rassurer. et puis la voix de Robb se fait entendre et elle sourit d'un sourire encore plus large. soleil. “Va chier Robb, Louis c'est mon coussin, pas le tien.” un temps passe. “Coussin, cousin, tu l'as ?” un instant elle se sent toute fière de sa connerie, mais la fierté ne dure pas longtemps quand Robb vient jouer avec ses cheveux, la faisant pousser une complainte bruyante, rouvrant immédiatement les yeux pour se redresser et le fusiller du regard. “Je vais te tuer Chastain.” des paroles en l'air alors qu'il va chercher de quoi se ravitailler. elle ne lui a jamais dit à quel point elle adorait ça. qu'on lui touche les cheveux. ça l'amuse de vouloir l'embêter, alors elle laisse faire. elle veut que ce soit simple, entre eux. Albane parle enfin et elle se tourne vers elle, trop concentrée sur sa propre vie pour remarquer le téléphone de la blonde. “Je n'avais plus de glaces, ni de vin, ni d'Adèle.” pénurie terrible que celle-ci. “Mais si j'avais su que vous aviez Louis je me serais surement contentée d'un bar dans le coin.” elle se tourne vers lui, lui sourit. provocatrice. enfant qui aime s'amuser. qui en a besoin. elle va pour se remettre contre lui quand Robb les rejoint et s'incruste, lui écrasant la cuisse alors qu'elle râle. “t'es lourd !” lourd et envahissant, même. il la prend par les épaules et lucie est obligée d'abandonner la lutte, venant se poser contre lui, trop affectueuse pour lui en vouloir. elle échange un nounours contre un autre la brune. “si on te dérange Alb tu le dis, on s'en va. pas vrai Louis ? on te laisse avec napoléon et ses discours.” elle a envie de l'embêter et pourtant elle ne peut s'empêcher de sourire à la jeune femme. elles sont une team, après tout. deux filles contre les deux énergumènes qui se tiennent à ses cotés sur le canapé. deux nana contre le monde entier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 630
≌ FACE, CREDITS : jeremy by dark dreams.


,, hear me roar.
≌ disponibility: 3/4.
≌ contacts:

MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   Dim 7 Fév - 15:16

archivé suite à la suppression de lucie. :moh:

_________________

you don't know it, when it's fate ;
YOU FEEL IT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: we are the heroes of our time. #fantasticfour   

Revenir en haut Aller en bas
 
we are the heroes of our time. #fantasticfour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ZELDA The hero of time "le film".
» Syl-Iriah de Raging Heroes peinte par Thomas David
» [Software] Besoin d'Aide pour Bionicle Heroes
» [Software] Bionicle Heroes ou Bionicle The Game ?
» Los Angeles Clippers Time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciens rps-
Sauter vers: