ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm like a kid who just won't let it go. #niccie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: I'm like a kid who just won't let it go. #niccie   Ven 29 Jan - 2:52


I'm so intent to find out what it is
This is my Rubik's cube
I know I can figure it out.


ft nicolas

elle dort. c'est qu'elle ronflerait presque la jeune femme, paisiblement endormit devant la télé. à l'écran le commissaire Lescaut sort encore ses ignominies misogynes. mais Lucie n'est même pas là pour râler. elle dort paisiblement, épuisée. la semaine a été longue, éreintante. l'inquiétude, le travail, l'hiver. elle s'est écroulée dans l'après midi, incapable de faire quoi que ce soit. petite vieille au sourire d'enfant. elle rêve, paisible. elle rêve à ce monde de demain qu'elle regrette déjà et à quoi elle s'accroche dans ses discours, toujours plus passionnés. une femme d'ambition, un petit bous de tempête. elle voudrait que le monde aille mieux. comme si un simple pansement pouvait rendre l'humain un peu moins con. ça fatigue de lutter, alors elle s'écroule le weekend. elle dort, et elle voyage. elle part découvrir des cotes dorées où l'eau azur prend la couleur du ciel, reflet d'une paix qui fait écho à la volupté des nuages. elle se retrouve en Irlande, dans les plaines gelées du Groenland et en Iran, l'orient plein les yeux et du sables chaud sous les pieds. elle vie des milliers de vies lorsqu'elle se laisse emporter par ses songes, maelstrom d'émotions et de sensations qu'elle oublie souvent au détour d'un battement de paupière, réveil destructeur. parce que le soleil, parce que l'ivresse de la chute, parce que le son d'une main qui frappe à la porte. ça vient résonner dans tout l'appartement qui sonne un glas sinistre face au vide silencieux de la pièce. c'est un coup de fusille dans la foret. elle se réveille, elle sursaute. à l'écran, le commissaire cuisine. génial. un instant elle se demande si il ne s'agit pas d'un mauvais rêve, si le bruit n'était pas simplement dans sa tête. et puis ça recommence. c'est la porte, on frappe. mollement elle se lève du canapé, encore dans cette semi conscience des songes. elle marche jusqu'à la porte, entre le rêve et la réalité. sans se poser de questions, elle ouvre. machinale, robotique. les cheveux en pagaille et le tshirt trop grand, baillant de toutes part. une tenue parfaite pour un samedi télévision. devant elle, Nicolas. amant passager au sourire encré dans sa mémoire. elle tique tout de suite. comment a-t-il pu avoir son adresse ? c'est comme un réveil pour elle qui vient croiser les bras sur sa poitrine peut-être trop devinable sous le morceau de tissu. “Nicolas ? Mais... Qu'est-ce que tu fais là ?” qu'elle demande, douce ingénue qui ne sait pas ce qui risque de lui tomber sur le nez. elle n'est pas prête à comprendre, elle est encore chez Morphée son amant. l'homme est un passage dans la vie de la brune, une nuit inattendue. un souvenir douloureux, mais magnifique. un amour pas prêt d'avoir existé, après des années à s'ignorer. pas prêt, comme elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I'm like a kid who just won't let it go. #niccie   Mar 2 Fév - 12:20


Everything that's broke, leave it to the breeze
Why don't you be you, and I'll be me


#niccie

Samedi, le jour du rush. Un nombre impressionnant de personne réservait pour le restaurant ces soirs là et Nicolas finissait par courir à droite et à gauche, constamment. Il songeait d'ailleurs à engager un manager, un assistant, n'importe qui pour l'aider. Avec l'ouverture de sa seconde enseigne, il ne pourrait jamais tenir tout cela. Surtout qu'il avait une réelle vie privée maintenant, ce n'était plus que de lui dont il était question, il y avait un enfant dans l'équation. Son étoile, sa princesse. En deux semaines, elle avait conquis son cœur de célibataire éternel, de chevalier indépendant des temps modernes. Il avait l'habitude de chevaucher seul, il avait désormais une cavalière. Et finalement, l'idée lui plaisait bien et il en profitait. Surtout qu'il était possible que ce ne soit qu’éphémère, qu'Olivia se réveille et vienne lui arracher des bras Kay, l'éloigner de lui, la reprendre et faire comme si de rien était. Comme cette grossesse qu'elle lui a caché, cette paternité qu'elle lui a volé. Cette paternité qui aurait peut-être fait de lui un autre homme, au jour qu'il est. Mais cesse de ressasser ce genre de pensées, Nicolas avait pris son après-midi. Pour être près de Kaylah, qu'il fallait qu'il aille chercher chez sa nounou, puis pour se reposer. Propriétaire de restaurant toujours occupé, père célibataire qui ne sait plus où donner de la tête. Il était loin le temps où il restait dans son canapé à ne rien faire, juste jouer à un jeu vidéo, gratter de sa guitare et boire une bière. Il regretterait presque le lycée, lui, le trentenaire. Habillé de sa veste noire en cuir, il descendait en moto dans Lyon 2 afin de rentrer chez lui. Danny Zuko dans une autre vie, grease lightning qu'il fredonnait en montant les escaliers de l'immeuble, il s'avançait, énergiquement. Sous le bras, une veste au parfum reconnaissable, celui d'Adèle. Alors avant même de passer chez lui, il toque à la porte en face de la sienne. Il attend, se recoiffe d'une main légère. Puis il refrappe à la porte, juste au cas où. Il était en train de se tourner pour se retourner chez lui, qu'on vint lui ouvrir. Devant lui, Lucie. Nicolas ne peut cacher sa surprise, ses sourcils se lèvent, puis se froncent. Adèle connaissait Lucie ? “Nicolas ? Mais... Qu'est-ce que tu fais là ?” Elle le sortit de sa contemplation. Cela faisait un sacré temps qu'il n'avait pas posé son regard sur son ancien amour de jeunesse, amour refoulé, amour à peine consommé, amour avorté. Un sentiment étrange venait le tirailler de toutes parts, mais il se refusait de mettre des mots dessus. Lucie ? Eh bien je,.. Il jette un oeil à la veste qu'il tient. Il trouve ça étrange, tout cette situation. Une main vient de nouveau se plonger dans ses cheveux, perturbé. Je voulais ramener sa veste à Adèle et.. je ne savais pas que vous vous connaissiez toutes les deux. Dans son ton, la sincérité. Une petite note décontenancée aussi. Mais il voulait en savoir plus, ça c'était sûr. Il n'en revenait toujours pas de voir Lucie en face de lui, à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 631
≌ FACE, CREDITS : jeremy by dark dreams.


,, hear me roar.
≌ disponibility: 3/4.
≌ contacts:

MessageSujet: Re: I'm like a kid who just won't let it go. #niccie   Dim 7 Fév - 15:16

archivé suite à la suppression de lucie. :moh:

_________________

you don't know it, when it's fate ;
YOU FEEL IT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm like a kid who just won't let it go. #niccie   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm like a kid who just won't let it go. #niccie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciens rps-
Sauter vers: