ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 toi, t'as une tête qui me revient pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: toi, t'as une tête qui me revient pas.   Ven 29 Jan - 1:42


©fuckyeahharveynhaydon.

perez, alexis.

nom complet ≌ Un seul prénom orne tes papiers, Alexis, un prénom d'ici. Aucun exotisme à ce niveau-là. Dommage. Toi, ça t’aurait bien plu d’avoir un prénom qui inspire l’ailleurs. Sinon, non, tu n'as pas hérité du prénom d'un de tes grands-pères ou d'un aïeul quelconque et tu ne vas pas t'en plaindre. Ton nom de famille complet est Lopez-Perez et là, ça n'a plus du tout les sonorités françaises. Un nom de famille composé comme on le fait si bien là-bas. Tu as pour habitude d'utiliser Perez, le nom hérité de ton père. Au boulot, ça donne Monsieur Perez, comme si t’étais un homme important. âge & date de naissance ≌ T’as déjà 27 années au compteur. Le temps défile, vite, trop vite. Parfois, tu te dis que t’aimerais bien retourner en arrière, revenir aux années où tu venais tout juste d'avoir la vingtaine. Les belles années, loin de toutes tes préoccupations actuelles. Le temps des soirées étudiantes, ce temps où elle était si différente. Sinon, tu as vu le jour un 10 septembre quelconque sur la Côte d'Azur, à Nice plus exactement. Cette ville dans laquelle tu as toujours vécu avant d'obtenir ton agrégation sur Lyon récemment. Cette ville qui te manque. Lyon, c’est bien, mais à Nice, tu avais toute ta vie. signe astrologique ≌ Vierge et seulement de signe astrologique. Tu n’es pas le genre de mec qui consulte ton horoscope tous les matins ou qui croit à ce genre de connerie, donc pour ce que ça vaut. origines & nationalité ≌ Tu es un pur espagnol, un pur latino. Tes parents se sont rencontrés au pays avant de venir en France dans l'espoir d'un avenir meilleur. C'était du temps où les migrants étaient accueillis à bras ouverts, du temps où il y avait besoin de main-d'œuvre, du temps où le chômage n'était pas sur toutes les lèvres. Tu as grandi en France, obtenu la double nationalité à tes 18 ans. Franco-espagnol, deux cartes d’identité, deux patries. Tu ne connais pas vraiment ton pays d'origine. T’y vas régulièrement pendant l'été, mais c'est tout. Au fond, tu te sens beaucoup plus français qu'espagnol même si ton cœur reste un peu là-bas. La fierté d'être un fils d'ailleurs, la fierté des origines. job ou études ≌ T’es prof de sport dans un lycée non loin de Perrache dans le deuxième. C'est ta première année et autant dire que ça commence plutôt mal. orientation sexuelle ≌ Les femmes, rien qu'elles. Tu n’as jamais tenté les hommes et ça ne t'intéresse pas. Toi, t’es hétéro sans le moindre doute. statut matrimonial ≌ Merdique. T’es en couple depuis quelques années avec une jolie jeune femme, Rose. Ça se passait parfaitement bien, enfin pas tant que ça, mais ça allait. Puis, t’as dû partir sur Lyon pour ton boulot. Tu ne pensais pas qu’elle agirait de la sorte, au fond, tu croyais qu’elle t’aimait suffisamment pour te suivre. Loin des yeux, loin du cœur. Elle t'a trompé quelques semaines avant ton départ. Tu l’as vu et depuis ça te hante. Elle a fini par venir, oui, mais c’est plus comme avant. Aujourd’hui, t’as cette putain d’image qui ne peut sortir de ton esprit, tu es juste profondément blessé, déçu aussi. Ça, elle semble incapable de le comprendre, comme tout ce qui ne tourne pas uniquement autour d’elle. situation familiale ≌ Fils unique, mais pas pourri pour autant. Tes parents voulaient d'autres enfants, mais la vie étant telle qu'elle est, ils n'ont jamais pu en avoir plus. La famille (au sens large du terme), pour toi, c'est essentiel. Tu retournes régulièrement sur Nice pour voir tes parents, tes oncles/tantes, tes cousins, ta famille quoi. Tu ne pourrais pas vivre sans eux. La famille, c’est sacré. situation financière ≌ Pas trop mal. Certaines fins de mois sont plus dures que d'autres, mais dans l'ensemble, tu n’es pas à plaindre. Tu rejettes totalement l’argent du père de Rose, tu ne veux pas vivre à ses crochets. Alors oui, ton appart’ n’est pas un grand palace, tu ne t’habilles pas chez les grands couturiers et tu n’empestes pas le fric à plein nez, mais t’es heureux comme ça. De toute façon, tu n’es pas du genre à claquer l'argent que tu n'as pas et encore moins celui des autres. Vivre dans le rouge, tu ne connais pas et ce n’est certainement pas grâce à Rose. groupe ≌ Fraîchement débarqué pour la rentrée scolaire en septembre, tu fais partie des lynxs, ceux incapables de se faire à cette nouvelle ville. avatar ≌ Harvey Newton Haydon, ce canon.

,, a lil more about u
(un) Ton enfance, d’une certaine façon, on te l’a volé. Tu ne regrettes pas, de toute façon, tu n’as jamais connu autre chose et tu ne peux pas en vouloir à tes parents. Petit, tu as dû apprendre à grandir vite, beaucoup plus vite que les autres enfants. Papa bossait dur, tard le soir, les week-ends aussi pour vous permettre de ne jamais manquer de rien. Maman... T’aimes pas vraiment y repenser, surtout maintenant que t’es loin. Ta mère a toujours été très malade ; malaises, vomissements, il lui arrivait même de s’endormir à table. Au fond, tu ne remarquais pas que ce n’était pas normal, qu’à la maison c’était différent d’ailleurs. Tu ne connaissais que ça, ça te paraissait banal, la norme. Alors parfois, les rôles étaient un peu inversés. Tu t’occupais d’elle, tu savais quoi faire quand elle s’évanouissait, tu savais comment réagir. Un sucre, lever ses jambes, lui laisser de l’espace pour respirer et attendre. Attendre que ça passe, attendre jusqu’à la prochaine fois. Pour autant, tu n’as jamais manqué d’amour. L’amour à la maison, il y en avait à revendre, mais parfois il y avait des moments plus durs. Des moments où avec ton père, vous passiez un temps fou à l’hôpital à son chevet. Des moments de doute, d'incertitude. Ces moments à l’adolescence où tu as réalisé que quelque chose clochait. Ces moments où tu lui en as voulu de vous faire subir tout cela. Puis, les autres, ceux où tu regrettais d'avoir pensé ça. Aujourd’hui, tu es loin, loin de tout cela et d'un côté, ce n'est pas plus mal. Au fond, ça te permet de souffler, de penser à autre chose qu’a cette maladie qui vous a toujours bouffée. Parfois, tu t’en veux d’être soulagé de ne plus vivre ce quotidien.
(deux) Tu as commencé l’aviron très jeune, puis tu n’as jamais arrêté. Enfant, adolescent, étudiant, tu passais beaucoup de temps à exercer ce sport. Tu as fait quelques compétitions avec ton club, tu as fait de superbes rencontres là-bas. Puis, comme tout le reste, tu as dû arrêter en quittant Nice. Ça te manque, tout te manque.
(trois) On dit que le monde appartient aux gens qui se lèvent tôt. Autant dire qu’il ne t’appartient pas du tout. Tu n’es pas du matin. Toi, t’es une vraie marmotte. Tu peux dormir douze heures d’affilée sans le moindre problème. Les grasses matinées, c’est la vie. Le week-end, tu n’émerges pas avant midi bien tassé.
(quatre) Tu n’as jamais manqué de rien, mais tu n'as jamais vécu dans l’excès pour autant. Toi, t’aimes les choses simples ; se faire une soirée posée avec quelques potes, faire la tournée de quelques bars, courir sur les Quais en fin d’après-midi, se caler devant la télé, partir l’été dans les villages de tes parents en Espagne. Tu ne rêves pas de grandeur. Tu vis ta vie comme elle vient, sans chercher à vivre au-dessus de tes moyens. Sur ce point, tu diffères de Rose comme sur beaucoup d’autres au final. Tu sais, par exemple, qu’elle aimerait vivre aux quatre coins du monde, découvrir du pays, voyager pour se faire connaître dans diverses agences. Sauf que toi, tu ne rêves pas d’une vie de nomade. T’aimerais te poser dans un endroit, construire ta vie, t’épanouir et vivre, mais avec elle, cela semble impossible.
(cinq) Tu es quelqu’un de posé qui fuit les problèmes et les disputes. Tu n’aimes pas te prendre la tête. Quand les choses dégénèrent, tu as tendance à être celui qui apaise les tensions. Avec Rose, tu as pris l’habitude de fuir. Fuir sa superficialité, fuir ses excès de colère, fuir sa morosité. Tu sais que ce n’est pas la solution qui règlera vos problèmes, mais avec elle, tu ne pourras jamais avoir le dernier mot. Alors, au lieu d’entrer dans son jeu, au lieu de répliquer, tu as tendance à la laisser seule. Tu sais très bien que ça l’énerve, mais c'est le seul moyen que tu connais pour te préserver. Souvent en plein milieu d'une énième dispute, tu claques la porte et tu pars t’aérer l'esprit. Loin de tout, loin d'elle surtout.
(six) Malgré ton apparence, malgré ce que certaines personnes pensent, tu es loin d'être un chaud lapin. Les histoires sans lendemain, ce n'est pas pour toi. Toi, t'es un grand romantique et ça a tendance à te desservir plus qu’autre chose. Tu te dis parfois que t'es plus accroc au sentiment d'aimer qu'à la personne qui partage ta vie. T'aimerais te poser, penser à l’avenir, construire un truc solide. Douce illusion quand on sait qui partage ta vie et ton lit. Tu n'as eu que deux histoires sérieuses, des histoires désastreuses, à croire que tu tombes toujours sur les mauvaises nanas. La première, c'était pendant tes années lycées. Ton premier amour, celui qui marque, celui que l'on n’oublie pas, celui que tu regrettes parfois. Ça a été un véritable échec. T’as complètement foiré ta première année de Terminale parce que la maladie de ta mère était à son apogée. T'as retapé, elle est partie à l'université et elle t'a oublié. Puis tu l'as rencontré, elle, Rose. C'était différent, c'était intense et à ses côtés tu as oublié ce premier amour perdu. C'était avant qu'elle ne change, avant qu'elle se mette en tête de ressembler à tous ces mannequins qui la faisaient rêver. Puis, elle s'est métamorphosée. Elle est devenue cette nouvelle personne que tu ne supportes pas. T'as fait le choix de partir au lieu de souffrir. Sauf que t'as jamais réussi à la sortir de ta vie, de ton esprit. T'as fini par revenir, un peu naïf, dans l'espoir de retrouver celle qu'elle était avant. Échec. T'as l'impression que la femme dont tu es tombé amoureux a disparu. Perdue dans les méandres de la superficialité, mais tu continues à t’accrocher. Il y a quelques mois, tu l'as surprise en train de te tromper, tu l’as vu déraper pourtant, tu n'arrives pas à la dégager. Tu crois naïvement qu'elle n'a fauté qu'une fois, tu fermes les yeux parce que tu ne veux pas le voir. Tu préfères croire que ça va s'arranger, même si à l'heure actuelle tu n'arrives plus à la toucher.
(sept) En ce moment, t'as l'impression de vivre dans le passé. Tu aimes bien Lyon, ce n'est pas le problème, mais Nice te manque. Tes potes, tes habitudes, la ville en elle-même, ta famille et tout ce que tu avais pu construire là-bas. Ici, tu as l'impression d'étouffer, de nager à contre-courant, de sombrer et tu n'arrives pas à émerger. T'es en pleine descente aux Enfers et tu as l'impression que tu ne vas jamais te relever. Tout se casse la gueule autour de toi et tu n'as plus qu'à observer ce profond désastre qu'est ta vie. Certains appellent ça le mal du pays.
(huit) T'es une boule de stress. Un rien te met dans des états pas croyables et dans ces cas-là, tu deviens totalement incontrôlable et super lourd. Une putain de boule au ventre, tu fais chier tout ton entourage en parlant encore et encore de ce qui te stresse.T'arrives même à partager ce sentiment avec certains, un vrai talent. Ce n'est pourtant pas volontaire et la moitié du temps, tu ne t'en rends même pas compte. Bref, tout ça pour dire que le jour de ton premier jour en tant que prof, tu devais être encore plus stressé que tous les élèves réunis.
(neuf) Très jeune, tu t'es passionné pour les jeux vidéo. T'as saigné la console et le pc pendant beaucoup trop de temps. Encore aujourd'hui, il t'arrive de passer des soirées à geeker comme un malade sur un tas de jeu. Les mmo, c'est ton truc et si t'es de nature plutôt calme dans la vraie vie, derrière un écran, tu peux très vite devenir un putain de rageux.
(dix) S'il y a bien un sujet et une personne que tu évites comme la peste en ce moment, c'est Avé (encore plus que Rose, c'est dire !). Ça aurait pu être une grosse blague, un téléfilm pourri qui passe l'après-midi à la télévision, un sujet marrant pour déconner entre potes, sauf que toi, ça te fait vraiment pas marrer. Avé, c'est une de tes élèves, une Terminale. En soi, rien d'alarmant, des élèves, t'en as des tas, sauf qu'elle, elle a décidé de se démarquer de la foule. Tu ne sais pas vraiment comment t'as fait (enfin, pas sûr que tu as fait quoi que ce soit), mais t'as la nette impression qu'elle espère beaucoup trop de toi. T'es pas le genre à te taper une de tes élèves, t'es pas dans un putain de film bidon, non, non, là c'est la réalité, ta réalité et tu sens que tu ne vas pas réussir à faire voler ses rêves aussi facilement. Tu l'as bien remballée, mais elle revient à chaque fois à la charge. Bref, c'est un putain de désastre. T'as l'impression que tu tournes dans une comédie bidon et t'as une putain de mauvaise intuition. Les rumeurs dans un lycée, ça tourne bien vite, t'espères juste qu'elle ne sera pas assez désespérée pour tenter de foutre en l'air toute ta carrière. Bref, t'en es rendu à la fuir comme la peste, à stresser comme un con dès que tu vas avoir sa classe. La joie de bosser avec des adolescentes. Tu t'attendais à bien des choses en te lançant dans l'enseignement, mais alors celle-là, tu ne l’avais pas prévue...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: toi, t'as une tête qui me revient pas.   Ven 29 Jan - 1:43

+ avé
+ rose
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: toi, t'as une tête qui me revient pas.   Ven 29 Jan - 10:59

harvey :vv: j'veux bien un lien, si ma tête te revient :siffle:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: toi, t'as une tête qui me revient pas.   Dim 31 Jan - 18:08

:keurbz:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: toi, t'as une tête qui me revient pas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
toi, t'as une tête qui me revient pas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Seigneurie de Brissac] Quinçé
» Pandanlkuh lvl 127 revient en mode agi =)
» [Salon] JapaNîmes 5-6 juin 2010, revient sur Nîmes !!!
» j'ai trés envie de m'en acheter un ...mais?
» Le topic *boom* *part loin* *revient* *danse*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciens liens-
Sauter vers: