ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Jeu 28 Jan - 21:36




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

Assis sur une bonne moitié de son lit, Sébastien fixe le petit écran de son portable d'un air à la fois hésitant et déconcerté. Il s'interroge, se remue les méninges, envisage quelques conséquences possibles sans y parvenir car la minute d'après, il soupire puis abandonne. Au fond, qu'est-ce qu'il risque ? Elle va le bouffer ? Non. C'est juste une fille avec laquelle il sortait au collège, bon sang, pas de quoi en faire tout un plat. Seulement, cela va à l'encontre de ses habitudes... Chaque ex petite amie ou petit ami est mis au placard, du genre le placard qu'il n'ouvre plus et laisse fermé bien à clef. Une habitude, une manie, un rituel. Seb ne sait plus exactement lorsque tout ceci à commencé, probablement depuis le lycée. C'est une manière de se protéger contre des représailles ou juste une parano inavouée. Tout est bon comme excuse. Quoi qu'il en soit, celle-ci, elle n'est pas méchante ni collante. Elle ne demeure qu'une amourette de jeunesse qu'il avait pratiquement oublié avant de la recroiser l'autre jour en livrant des sushi... chez elle. Puis elle l'a reconnu. Puis ils se sont échangés leurs numéros. Le brun n'a pas refusé, surtout qu'il était pressé, lui faisant la promesse muette de se revoir à l'occasion. En l'occurence aujourd'hui, un week-end étrangement libre pour lui, ou l'une des premières pensées qui lui est venu ce matin se trouve être Mathilde.

Allez. Au diable son rituel, les exceptions existent, il l'appele pour que tous deux se rancardent en ville. C'est plutôt rapide et il suffit d'à peine quelques minutes. « Ok alors rendez-vous à Bellecour, je t'attendrais à la sortie du métro vers la grande roue. » Tout est réglé, la sortie est fixée. Il a juste le temps d'enfiler un autre t-shirt, ses chaussures, sa veste, de prendre son portable et ses clefs puis de dire à tout à l'heure à son père qui regarde des offres d'emplois sur internet. Il n'aime pas le voir ainsi, son paternel, en train de galérer à trouver un nouveau travail sans grand succès. Sans compter qu'avec son âge, ça commence à être difficile. Non pas qu'il soit excessivement vieux mais pour la plupart si... La galère. Sébastien marche jusqu'au métro, peu préoccupé par où il pose les pieds. C'est en partie pour cette raison qu'il frôle la catastrophe : une déjection canine, pourtant en évidence sur le trottoir. Un peu plus et il se serait pointé au rendez-vous avec collé sous sa semelle des restes accompagnés d'une odeur dérangeante. Maintenant, il se concentre un peu plus sur son trajet. Il glisse les mains dans les poches avant d'arriver au métro, direction Bellecour. Il ne lui faut pas plus de quinze minutes et le voilà arrivé probablement le premier, étant donné qu'il cherche du regard Mathilde. Sans tarder, sushi man sort son portable et lui envoie un sms. « Je suis arrivé, t'es où ? » Mais à peine l'a-il envoyé qu'une ombre familière arrive à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Ven 29 Jan - 18:16

Mathilde n’en croyait pas ses yeux l’autre soir, quand en ouvrant la porte elle avait vu Sébastien, même si ça faisait quelques années qu’ils ne s’étaient pas vu elle l’avait reconnu dès la première seconde. Ce garçon avait été son premier amoureux, celui qui lui a donné son premier bisou et ses premiers papillons dans le ventre comme on dit, mais bon à quatorze ans l’amour c’est jamais trop sérieux, et puis avec le début du lycée leurs chemins s’étaient séparés. Leur échange l’autre soir n’avait pas été très constructif, bonjour, au revoir, avec au milieu de la conversation l’échange sushis-argent et aussi celui des numéros de téléphone. Elle n’avait jamais vécue ce genre de situation, elle se sentait même mal à l’aise, pourtant ce garçon avait pendant un temps connu tout d’elle, il était plus qu’un amour, il était un ami, un confident, mais voilà le temps a passé. Elle n’aurait pas pensé qu’il l’a rappellerait si rapidement, en tout cas de son côté elle n’arrêtait pas d’y penser, il avait tellement changé, il était toujours aussi beau certes mais il n’était plus l’adolescent qu’elle avait laissé. Quand le nom de ‘Sébastien’ c’est affiché sur son écran elle a d’abord hésité avant de décrocher, puis elle l’a fait et tout s’est enchaîné. « Cet après-midi, Bellecour, ok, à toute. » Rien de plus, rien de moins. Elle eut un sourire sur ses lèvres une fois raccroché mais très vite elle s’est rendu compte qu’elle ferait mieux de se bouger les fesses sinon elle devrait sortir en pyjama. Mathou n’était pas la reine de la ponctualité, c’était un de ses plus gros défaut d’ailleurs, elle essayait toujours de faire au mieux, partir plus tôt, prendre d’autre chemin, mais il y avait toujours quelque chose qui faisait qu’elle n’arriverait pas à l’heure.

Dans le métro elle jouait avec ses doigts, tapotait sur ses cuisses, réfléchissait un peu trop, elle était un peu stressée quoi, elle aurait voulu repartir chez elle et faire comme si elle était malade, mais l’idée de poser un lapin à Sébastien ne lui plaisait pas plus que ça, elle était une grande fille donc elle irait à ce rendez-vous la tête haute, enfin ces retrouvailles, en toute amitié. Une fois le métro arrivé à son arrêt, elle put entendre distinctement la voix très horripilante dire ‘Bellecour, correspondance métro A direction Perrache ou Vaux en Velin La Soie.’ Pourtant, ce n’est qu’une fois le premier bip indiquant la fermeture imminente des portes qu’elle réagit et sortit en vitesse de son wagon, manquant à deux doigts de se faire écraser par les portes. Avant de monter l’escalier qui l’a mènerait jusqu’à l’extérieur elle prit une grande respiration, après tout ce n’était pas un inconnu, enfin un peu puisque ça faisait six ans qu’ils ne s’étaient plus parlé mais voilà. Finalement, elle se mit à monter les marches une par une et une fois à l’extèrieur, elle l’a de suite vu, il était là appuyé contre un mur à l’attendre, tout de suite elle s’est mise à sourire et s’est approchée de lui comme si toutes ses angoisses avaient disparus. « Salut ! »

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Ven 29 Jan - 20:53




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

Et un sms inutile envoyé. Un. Sébastien relève la tête lorsque cette ombre familière s'adresse à lui, sans surprise étant donné qu'il s'agit de Mathilde. « Salut ! » Mais comme il ne s'attendait pas à la voir, disons aussi vite, cela se ressent dans sa voix lorsqu'il la salue à son tour. « Ah... Salut ! » Dès lors, c'est un genre de silence gênant qui s'installe soudainement, sans aucune intention de partir si l'un des deux ne s'engage pas. C'est bête d'en arriver là. Par le passé, aucun blanc de ce genre ne faisait irruption entre eux. Ou alors très rarement... Ah, l'innocence des flirts de jeunesse. Du coup, après environ une minute passée, c'est Seb qui décide de faire le premier pas. D'alimenter du mieux qu'il peut ces retrouvailles officielles. « Tu vas bien ? Ça fait quand même un bon de temps depuis le collège... » Evidemment, d'autres questions banales vont rapidement faire surface du style le boulot, les amours ou encore la famille. Et si ce n'est pas Seb qui s'y colle, ce sera Mathilde. A n'en pas douter. « Je t'avoue que l'autre jour, je m'attendais pas du tout à te revoir. » Le jeune homme n'avait pas même reconnu le nom de famille de la jeune femme, chose normale après tant d'années. Son prénom ? Au début c'est vrai, il a eu un doute mais a par chance visé juste. Le numéro de téléphone quant à lui, n'en parlons pas, il était effacé depuis un bon bout de temps.

Sa main ramène son portable au sein de sa poche, bien au chaud, avant qu'elle ne fasse un petit signe à Mathilde. Il ouvre la marche direction rue de la République non loin de la Fnac, avec un dernier coup d'oeil en direction de la grande roue. Un bel attrape couillon, attrape touriste ou alors destiné à ceux qui ont vraiment de l'argent à perdre. Vous connaissez le prix d'une place ? Neuf euros. Franchement cher pour à peine trois tours et pas grand chose à admirer en ce qui concerne les purs Lyonnais. C'est malheureux mais l'habitude ne fait pas bon ménage avec l'émerveillement. En se levant le matin pour aller travailler, Sébastien n'a pas un sourire d'aventure encré sur le visage. Seulement celui blasé d'un train train quotidien inévitable. Et il en est de même pour une grande majorité dans cette ville ou ailleurs. Alors la grande roue, bien qu'il adore ça, il préfère garder sa monnaie pour autre chose. Une fois le premier passage piéton traversé, ils tombent sur le deuxième malheureusement passé au rouge et se doivent d'attendre. Seb en profite de ce fait pour pointer du doigt le bout de la rue plus loin, parallèle à celle de la République. « Tu vois c'est ici que je bosse maintenant, à Sushi Shop. » Pas de quoi s'en venter mais déjà, ça enlève une question. Il en profite également pour fixer Mathilde plus vivement qu'il y a cinq minutes. Elle est devenue une belle femme. Un peu plus et Seb se laisserait tenter pour goûter une nouvelle fois ses lèvres après tant d'années mais... non. Il ne vaut mieux pas qu'il ressorte avec une ancienne conquête. Encore une fois, cela n'est pas dans ses habitudes qu'il a déjà suffisamment mises de côté en la revoyant. Puis bon, à l'avenir, elle pourrait devenir une bonne amie. Qui sait ce que l'avenir réserve. Lorsque le feu repasse assez rapidement au vert et le brun est l'un des premiers parmi ceux qui attendent à s'élancer, manquant en revanche de se faire bousculer par un vélo loin d'être dans ses droits. Il grimace un peu. « Je déteste ça. Pas toi ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Sam 30 Jan - 15:49

La tension était palpable, Mathilde sentait qu’elle avait les mains moites, tremblantes également, mais ça c’est surement à cause du petit vent qui venait troubler les rayons du soleil. Les conversations avec des blancs ce n’est pas la spécialité de la brune, elle qui d’habitude ne se gêne pas pour parler encore et encore, mais là c’était une situation à laquelle elle n’avait jamais eu à faire. Ca faisait quand même six ans qu’ils ne s’étaient pas revu, sans compter l’autre soir, les quelques secondes et mots échangés à travers l’entrebâillement d’une porte, les repères étaient perdus, rien n’était plus comme avant et c’était normal, on avait tous les deux grandis, évolués, chacun de notre côtés. « Oui, oui ça va et toi ? J’avoue, ça fait un sacré moment. » Un petit sourire vint se poser sur ses lèvres, elle ne savait vraiment pas quoi dire et elle voyait bien que du côté de Sébastien la galère était la même. Le vent soufflait de plus en plus, c’est d’ailleurs à ce moment-là que Mathilde regretta de ne pas avoir pris une veste plus chaude, malgré la fraîcheur, la place Bellecour était pleine de monde, touristes et habitants, adultes et enfants. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle venait ici mais elle avait comme l’impression de redécouvrir cette place, elle remarquait ici et là des choses qu’elle n’avait jamais vu et pourtant ça faisait tout de même vingt ans qu’elle habitait à Lyon. « Je ne m’y attendais pas non plus, comme quoi le monde est petit, je commande des sushis et je te retrouve toi en même temps. » Elle se mit à rire, un peu nerveusement, pour essayer de se détendre. Tous les deux se sont ensuite mis en route vers la rue de la République, rue commerciale par excellence à Lyon, aussi rue préférée des associations telles que GreenPeace, WWF ou bien Actions contre la faim, ce que mathou déteste le plus ici ce sont les passages piétons, si tu n’es pas vigilant tu as une chance sur deux de te faire renverser par un taxi, un bus ou un vélo. Une fois le premier passage passé, il ne reste plus qu’à attendre que le feu piéton passe au vert pour traverser le second. Elle voit seb lui montrer là où il travaille, faut dire qu’elle le connait ce sushi shop, elle y va même très souvent et jamais elle ne l’a vu la bas. « Et ça va, ça te plaît ? Tu ne sens pas trop le poisson en rentrant chez toi le soir ? » Elle se mit à rigoler, un peu pour le taquiner, mais surtout pour détendre l’atmosphère. « Moi je bosse dans un centre aéré, vers Croix Rousse, en plus de mes études. » Enfin le feu piéton passe au vert, c’est partie pour se mélanger à la foule, un vélo ce croyant invincible coupa la route à certains piétons dont Sébastien. « Nan mais la circulation à Lyon c’est un enfer. » Une fois de l’autre côté du passage piéton, ils pouvaient reprendre leurs marches tranquillement, Mathilde cherchait quelque chose à dire pour ne pas laisser un blanc à nouveau. « Sinon tu racontes quoi depuis tout ce temps ? » Bravo mathou, la question bateau par excellence. « A part être sushi man, tu fais des études ? » Elle lui sourit, tout en marchant et en faisant attention à ne bousculer personnes, les lyonnais sont comme les parisiens, assez aigri si on les touches ne serait-ce qu’un tout petit peu.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Dim 31 Jan - 11:42




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

Sa gêne, son rire nerveux, Sébastien le remarque sans trop de difficultés. Lui aussi n'est pas le plus à l'aise qui soit bien qu'il fasse en sorte de se contenir, de voir s'il y a moyen de creuser dans le but d'une amitié. Quelque chose. Sinon, à quoi bon s'être revus si c'est pour reproduire le même schéma qu'il y a environ six ans ? C'est bête les relations qui se perdent des années plus tôt et à qui il manque un truc lorsqu'elles se créent de nouveau. Ce qui est certain, c'est qu'elles ne sont jamais plus comme avant. Le brun observe un peu Mathilde ainsi que la foule et encore plus la circulation pour traverser. Il lui montre du doigt le Sushi Shop où il travaille, cela mêlant une autre question à la conversation. « Et ça va, ça te plaît ? Tu ne sens pas trop le poisson en rentrant chez toi le soir ? » Une légère moue se dessine sur son visage, Seb rétorquant tout d'abord à la deuxième question posée par la jeune femme. « Un peu mais rien de grave. Il suffit que je prenne des douches. » Petit temps de pause. Il enchaîne sur un ton peu sérieux. « Tu trouves que je sens le poisson, avoue ? » C'est sa manière à lui de détendre l'atmosphère à son tour, se rapprochant légèrement d'elle d'un air amusé. Dommage qu'il se doive par la suite de répondre à son autre question de manière moins enjouée. « Sinon c'est pas ce que je préfère mais il faut bien que je gagne ma vie. »

Puis, au moment où Mathou explique ses nouvelles activités, c'est l'instant où il faut traverser. Une oreille réceptive envers elle, Seb manque de se faire renverser par un vélo, encore un cas. Être habitué à des deux passages piétons très chiants et à tant de foule depuis tant d'années n'ôte jamais les risques. La preuve. Il y a toujours un abruti pour se mettre en travers de votre route dans ce coin là, bien souvent en vélo. Et plus loin n'en parlons pas, un tas de personnes de différentes associations les attendent, prêt à les aborder. Une énième habitude. Sébastien soupire à peine, continuant son chemin pour franchir le plus vite les bandes blanches. Mi-agacé par le surplus de population, mi-content pour Mathilde. « Un centre aéré, tu dois avoir la tête grosse comme une valise le soir. Cela dit ça doit être amusant. » Et là, Seb essaye de s'imaginer à sa place dans un centre. Il distingue surtout le côté gamin, le plus drôle, et se rend compte que ce job ne serait pas vraiment fait pour lui si le but est de les encadrer. Non de jouer avec eux. « Nan mais la circulation à Lyon c’est un enfer. » Il hoche la tête de manière positive. « Entièrement d'accord. » Par contre, ce qui est embêtant, c'est qu'ils semblent tous deux déjà à court de sujet de conversation. C'est comme un blanc qui commence à pointer le bout de sa tête, la main du jeune homme se glissant dans sa chevelure tandis qu'il cherche une idée. Pas besoin de trop se casser la cervelle, Mathilde enchaîne sans prévenir les questions. « Sinon tu racontes quoi depuis tout ce temps ? » Il entre-ouvre la bouche pour répondre vaguement, ne sachant pas par où commencer, se retrouvant par chance coupé dans son élan. Sautant sans but de la vexer question bateau. « A part être sushi man, tu fais des études ? » Le surnom qu'il entend presque tous les jours depuis qu'il bosse ici. Dire qu'en vérité, il n'est pas fan des sushis. Son job c'est juste de les livrer, pas de les goûter, heureusement... « Non. J'hésite. Et toi, tu fais des études dans quoi ? » A peine l'a-il interrogée qu'il enchaîne, ne lui laissant pas le temps de formuler quelle réponse que ce soit. « Attends laisse-moi deviner... Je te vois bien en littérature. » Sans qu'il s'en soit rendu compte, normal à force de discuter, ils ont depuis quelques minutes dépassés la Fnac et se retrouvent abordés par un jeune homme en manteau rouge arborant l'emblème de la Croix-Rouge. « Bonjour messieurs dames, auriez-vous quelques instants à m'accorder ? » D'habitude lorsque Sébastien est seul, il arrive à les éviter. Mais il suffit qu'il soit accompagné ou déconcentré quelques instants pour se faire avoir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Dim 31 Jan - 18:14

Ce qui était bien, c’est que le temps ne paraissait pas long, du moins il paraissait de moins en moins long, parce que c’est bien connu, quand on commence à s’ennuyer c’est mauvais signe, mais là Mathilde ne s’ennuyait pas, petit à petit elle reprenait ses marques, même si rien n’était simple pour le moment, ils parlaient chacun en étant un peu moins renfermé. Comme tous les week end, la rue de la république était noire de monde, mais pourtant elle n’y faisait pas attention, elle parlait, elle écoutait, elle rattrapait le temps et c’est tout ce qui comptait pour elle. La réflexion de Sébastien lui décrocha un petit rire, elle avait compris son intention de détendre un peu l’atmosphère et ce n’était pas plus mal. « Mais nan ! Me fait pas dire ce que je n’ai pas dit ! » Elle continua à rire un petit instant avant de reprendre son sérieux. Elle acquiesça quand il lui expliqua pourquoi il travaillait là, c’est vrai que nous les jeunes on n’a pas trop de choix, on prend ce qu’on nous donne sans trop râler, si on veut être autonomes c’est ce qu’il faut. Ensuite, c’était à son tour de parler de son boulot, elle n’avait pas grand-chose à dire sur le sujet, elle ne faisait pas ça par passion, comme lui pour l’argent, elle sait pertinemment qu’elle ne passera pas sa vie à exercer ce job, en tout cas elle l’espère. « Ca dépend des jours, mais j’avoue que parfois c’est pas le fun, enfin les enfants sont adorable donc ça compense. » Le vent soufflait de plus belle, si elle avait su Mathilde aurait accroché ses cheveux, nan mais sérieux c’est un calvaire à démêler après, elle s’imaginait même la tête qu’elle devait avoir vu que des grosses mèches de cheveux venaient se poser sur son visage sans prévenir. Vient maintenant le temps de parler des études, mathou priait pour ne pas arriver à l’étape fatidique de la pluie et du beau temps. « Aha presque, en lettres, enfin on fait beaucoup de littérature du coup t’as gagné. » Encore un rire, il va finir pour la prendre pour une de ses ados niaise qui rigole à la moindre occasion, mais elle n’était pas comme ça hein. « Tu hésites ? Tu as des filières qui te branchent plus que d’autre ? » Ils parlaient, ils marchaient, sans trop faire attention autour et là bim, les associations avaient pris d’assaut la rue, là c’était plus particulièrement la Croix Rouge, nan pas que Mathilde était insensible à ce genre de cause, mais voilà quoi elle n’était pas crésus et si elle devait donner à tout le monde elle ne s’en sortirait pas. Elle voyait bien que seb était aussi au bout du rouleau qu’elle, alors elle décida de prendre les devants. « Oh, heum, sorry je parle pas la français. » Le tout accompagné d’un grand sourire, elle attrapa Sébastien par le bras pour lui faire comprendre qu’il fallait avancer, ces gens sont comme des sangsues multilingues, ils parlent même le morse c’est sûr.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Dim 31 Jan - 20:37




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

Le rire est la clef de beaucoup de choses et surtout de la bonne ambiance. Ce qui est bien après tant de temps, c'est de constater qu'aucun des deux n'a perdu son sens de l'humour. Lui qui pensait que cette journée serait compliquée s'amuse beaucoup. Mis à part les sujets comme le boulot ou les études, cela lui rappellerait presque le bon vieux temps. Mais ils ne demeurent plus des collégiens. Et lorsque Sébastien l'écoute parler des enfants, ceci appuie encore plus sur les années qui se sont écoulées, leur ayant permis d'évoluer d'enfants à adolescents puis à adultes. Il en aurait presque un léger sourire nostalgique, quand tout était si simple. Pas de vrais choix. Pas de responsabilités. Des jeux. L'éclate. Soudain, c'est une mèche de ses cheveux qui vient se glisser entre les lèvres pour le faire revenir un peu à la réalité. Seb est presque dans la même galère que Mathilde, avec le vent et surtout avec ses cheveux plutôt longs pour un homme. Il ôte cette mèche rebelle de sa bouche. « Aha presque, en lettres, enfin on fait beaucoup de littérature du coup t’as gagné. » Sushi man renforce son rictus amusé. « Les lettres, la littérature, c'est pareil hein. » Lui ne fait pratiquement aucune différence entre les deux, comme il met naturellement sciences et mathématiques dans le même sac. Pas la peine de chipoter à un détail près.

« Tu hésites ? Tu as des filières qui te branchent plus que d’autre ? » La jeune femme a vu juste. Loin de vouloir lui cacher, Sébastien lui répond alors sans détour. « En fait c'est ça le problème, j'en ai aucune qui me branche plus qu'une autre mais bon, j'y réfléchis encore. » Maintenant, il espère que ce sujet ne va pas s'éterniser. C'est au même moment qu'ils sont abordés. Il reste muet, pas très apte à répondre mais plus à tracer son chemin ou alors laisser faire Mathou. « Oh, heum, sorry je parle pas la français. » Bien trouvé. L'excuse courante mais qui reste un minimum polie et leur permet d’accélérer le pas pour finir hors de portée de ce type d'individus. Dans leur élan, Seb en profite même pour la tirer dans une rue parallèle avec beaucoup moins de monde. « Ça nous évitera de tomber sur d'autres. » Et là, d'un coup, il se met à rire plus fort que tout à l'heure. « Dis, c'était quoi cet accent ? » On dirait presque qu'il se moque. Gentiment. Ses yeux se stoppent sur son visage une fois ce dernier passé, ses pensées s'égarant dans le passé. Il ne se rappelle plus pourquoi tous deux ont rompu à l'époque... ou alors peut-être se sont-ils perdus de vue avant ça. C'est vrai tiens. S'est-il lassé comme avec pratiquement tou(te)s ses ex ou s'est-il passé autre chose ? « Je me demandais, y'a six ans, il s'est passé quoi ? Simple curiosité, je ne me souviens pas. » Car la Mathou, elle n'est pas chiante à l'instar d'ex qu'il supporte encore maintenant. La Mathou, il rigole bien avec elle. La Mathou, elle est une exception.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Lun 1 Fév - 17:01

Elle ne s’attendait pas à ce que Sébastien change leurs trajectoires, du coup, mathou manqua de se ramasser par terre devant tout le monde, il aurait plus manqué que ça tient. Quand elle vient ici, la brune emprunte très rarement ce genre de rue, elle les trouve sans importances sachant qu’aucune boutique ne lui plaît vraiment, mais pour une fois elle est d’accord pour faire une exception parce que faut dire que le calme était plus présent par ici que dans la rue principale. Sans prévenir seb se met à rigoler mais genre vraiment quoi, Mathilde haussa un sourcil et c’est seulement après la question du jeune homme qu’elle comprit le pourquoi du comment. « Tu te moques là je rêve pas ! » elle faisait mine d’être choquée avant de se mettre à rire à son tour, faut dire que c’était une bonne technique pour les éviter, soit ça, soit le célèbre ‘je suis mineure’ ou ‘j’ai pas le temps’ et bien sûr ‘j’ai déjà donné à votre collègue’. Après cette pause rigolade, ils continuèrent leur chemin dans la ruelle éloignée. La question d’après, Mathilde ne s’y attendais pas, enfin elle savait qu’elle serait arrivée dans la conversation un moment ou à un autre mais pas si tôt, faut dire que ça date tout ça, six ans déjà, ils étaient jeunes et insouciant, et puis il s’en est passé des choses depuis, mais bon on n’oublie jamais son premier amoureux. « Si je me souviens bien, on s’était perdus de vue simplement, y’a eu les vacances d’été et puis après le lycée, tout est allé vite. » Une pointe de nostalgie se faisait entendre dans la voix de Mathilde, elle avait vécu de très belles années au collège, surtout durant la dernière année, celle où elle avait connu Sébastien, et puis c’était l’âge de l’innocence, l’âge bête aussi, où on est tous un peu niais mais c’était chouette, maintenant tout est différent, tout est plus sérieux, y’a plein de responsabilités, le début de la vie d’adulte. Elle lui adressa un léger sourire, ne sachant pas trop quoi ajouter. « C’est con qu’il est fallu attendre six ans pour se revoir quoi… » Elle y avait pensé de temps en temps, de le chercher sur facebook, mais un truc en elle faisait qu’elle lâchait l’affaire à chaque fois, par peur peut être, peur qu’il l’a remballe, qu’il lui dise d’aller se faire voir. Peut-être que si l’autre soir ce n’était pas lui qui était venu la livrer ça ce serait passé comme ça, qui sait, mais bon elle préférait ne pas y penser, c’était une bonne journée pour le moment, surtout que mathou n’avait toujours pas fait de gaffe, dit quelconque connerie et ça s’était un exploit. « Mais bon, même si ça a pris du temps, je suis contente de te revoir. » Elle accompagnait sa phrase d’un sourire. « Mais j’aurais pas cru que tu m’appellerais si rapidement. » Faut dire que mathou, depuis l’autre soir, elle pense qu’à ça, elle se remémore des souvenirs, ça revient comme si elle avait retrouvé la mémoire, c’est con comme on oublie pleins de choses en grandissant.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Lun 1 Fév - 20:09




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

Là il est détendu. Tous deux retrouvent une sorte de complicité qu'ils avaient lors de leurs années de collège, à prendre bon nombre de choses à la légère. Et ils avaient raison. Ils ont toujours raison. Du coup, lorsque Mathou joue son air choqué, le jeune homme se permet de rire encore un peu. Puis ils continuent tranquillement leur route sans but précis en tête. C'est principalement leur discussion qui les occupe et d'un côté, il s'agit du vrai objectif de cette sortie. Ils sont passés par beaucoup de sujets depuis tout à l'heure. Pas forcément pendant très longtemps mais tous assez variés, évoquant désormais le passé. « Si je me souviens bien, on s’était perdus de vue simplement, y’a eu les vacances d’été et puis après le lycée, tout est allé vite. » Les souvenirs sont un peu flous pour l'un comme pour l'autre. Quoi que plus concernant Sébastien. « Ah d'accord. » Au fond, c'est bien ce qu'il soupçonnait. Car se perdre de vue signifie souvent qu'on manque suffisamment d'intérêt pour l'autre pour chercher à le revoir. Ou bien encore qu'on y pense plus. Qu'on s'en moque. Qu'on a d'autres préoccupations.

« C’est con qu’il est fallu attendre six ans pour se revoir quoi… » Il acquiesce d'un léger hochement de tête, ne sachant quoi répliquer à cela. C'est sûrement con oui mais d'un autre côté, c'est triste à dire, cela ne l'a pas empêché de vivre. Il préfère se taire plutôt que de dire n'importe quoi sur le coup. « Mais bon, même si ça a pris du temps, je suis contente de te revoir. » Seb est au moins d'accord avec elle là dessus. « Oui, ça fait plaisir. » Un petit sourire se glisse en accompagnement, ses mains trouvant refuge au fond de ses poches. « Mais j’aurais pas cru que tu m’appellerais si rapidement. » Ah ben tiens... Il s'y attendait aussi, à cette question. A croire que chacun de leur côté, avant de venir ici, se sont préparés mentalement sur quoi demander et quoi répondre. « Je t'avoue que moi non plus... Mais c'était maintenant ou jamais, je me suis dis autant tenter le coup. » Dans sa lancée, plutôt direct, il enchaîne. « D'habitude je revois jamais mes ex, c'est comme une règle d'or chez moi. » Sushi man l'a finalement bien senti avec elle même s'il se rend étrange. Revoir une connaissance passée rend nostalgique, ravive des souvenirs qu'on pensait égarés. « Du coup vu qu'on est en plein dans le sujet, ça se passe comment côté cœur chez toi en ce moment ? » Curiosité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Lun 1 Fév - 22:28

Ils marchaient, sans trop regarder où ils allaient, et c’était chouette au fond. Le vent avait diminué, amen parce que les nœuds dans les cheveux elle détestait ça et là c’était la débandade capillaire. Mathilde savait aussi pertinemment qu’elle allait être malade le lendemain, vu la petite veste qu’elle avait prise, puis elle n’avait pas d’écharpe, genre elle voulait faire la nana et voilà tout ce qu’elle allait gagner c’est un bon rhume, bravo mathou. La conversation était devenue plus sérieuse depuis la question de seb, il n’y avait pas de quoi rire faut dire, mais bon la brune espérait que cela n’allait pas durer longtemps, histoire qu’aucun malaise ne s’installe entre eux quoi. Et ses prières ont dû être entendu vu sur quel sujet Sébastien a enchaîné, c’est sûr que ça change, même que mathou a lâché un rire sans même se contrôler, vous savez ce rire qui sort tout seul quand on s’attend pas à un truc et qu’on ne sait pas quoi dire d’autre du coup on rit. Déjà elle ne savait pas trop quoi penser du fait qu’elle était une exception dans la catégorie des exs de monsieur, puis vu comment il a dit ça, Mathilde s’imaginait déjà le brun entretenir un carnet d’ex petites amies, genre ‘Sébastien Charvet, l’homme au 1000 conquêtes.’ Rien que cette idée ça l’a faisait rire intérieurement. Puis après il y a eu le question fatidique qui est arrivé dans la conversation comme un cheveu dans la soupe, c’est vrai que ce n’est pas le sujet qu’on aime aborder avec son ex, mais quand il faut, ben il faut (logique). « Ahaha…ben, c’est plat, c’est calme… » Elle le sentait, elle commençait à rougir, c’était un sujet qu’elle n’abordait pas à l’habitude, du moins pas avec tout le monde, alors avec seb elle était un peu…gênée, elle essayait intérieurement de penser à autre chose, genre un pépé tout nu, fallait pas qu’il voit qu’elle rougissait quoi.  « Et toi, ça se passe comment ? Ta chevelure fait des ravages ? » Tout en rigolant, elle passe une main dans les cheveux de Sébastien, juste pour l’embêter. Nan mais sérieusement, quand elle l’a connue, il n’avait pas cette longueur, juste de l’épaisseur, c’est un des plus gros changements chez lui, en plus du fait qu’il soit devenu un homme, un beau jeune homme.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Mar 2 Fév - 12:07




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

En vérité, Seb n'est pas du genre à tourner autour du pot pendant trois ans. Quand il a quelque chose à le dire ça sort de sa bouche, il reste direct, honnête, excepté dans un cas de figure : côté cœur. Là il est plutôt du genre infidèle. Courir à droite, à gauche. Ne pas s'empêcher de loucher ailleurs même si officiellement, il est considéré en couple. Surtout depuis le lycée en fait. Mathou doit être la seule à l'avoir connu un tant soit peu... fidèle. Mais vite lassé. Le salaud des cœurs accumulant des excuses plus banales ou plus travaillées que les autres afin de s'échapper d'une relation. « Ahaha…ben, c’est plat, c’est calme… » Cette réponse l'étonne. Mathou, seule ?  Pourtant il est certain qu'en claquant des doigts, elle aurait au moins vingt mecs accrochés à ses basques. Peut-être attend-elle simplement le bon. Ou un en particulier. Quitte à être dans le vif de sujet, autant continuer sur sa lancée, touchant une corde elle aussi légèrement indiscrète. « T'es quand même sortie avec d'autres que moi pendant tout ce temps ? » C'est pas comme si ça le regardait toujours son côté cœur. Sauf que voilà, Sébastien est curieux. Fouineur une fois bien lancé.

« Et toi, ça se passe comment ? Ta chevelure fait des ravages ? » Il rit doucement, glissant d'un air volontairement frimeur une main dans ses cheveux avant de rétorquer. « Moi ça va ça vient ça repart, comme d'habitude. » Aucune honte dans ses propos. Ce qui est drôle lorsqu'on sait que justement, il protège sa petite sœur de types qui se comportent exactement comme lui côté cœur. De toute façon c'est son petit bout de chou. Soudain Mathilde glisse à son tour une main dans sa chevelure, celui-ci pensant d'abord qu'elle souhaite les ébouriffer. Puis il réalise qu'au collège, sa tignasse n'était pas aussi imposante. « Tu aimes ? » Il se demande ce qu'elle en pense pour ensuite partir dans un bien beau délire. « Bientôt je vais pouvoir me proposer pour faire les pubs L’Oréal. » Une plaisanterie qui le fait rire de nouveau, ses yeux se perdant devant lui. Il ne faudrait pas qu'il ne sache plus où il se trouve hein. Mais ça va il reconnaît. C'est le même chemin direction cordeliers, excepté le fait qu'ils empruntent une rue parallèle à celle plus principale sur laquelle ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Mer 3 Fév - 16:14

Le moins que l’on puisse dire c’est que seb ne passait pas par quatre chemins, la brune elle rougissait toujours autant, surtout après avoir entendu la question du jeune homme, faut dire qu’elle a aussi manqué de s’étouffer en avalant sa salive de travers, autant mathou trouvait bateau et un peu ennuyant de parler études et boulot, autant là elle aimerait bien en reparler juste pour éviter le sujet ‘courrier du cœur’. Mais bon puisqu’il fallait bien répondre, ouais sinon ce n’était pas très poli, parler amour avec un de ses exs ce n’était pas un truc qu’elle avait sur sa liste de chose à faire avant de mourir en tout cas. Elle lui répondait tout en écarquillant les yeux face à cette question, inattendu. « Ben ouais ! Jamais rien de sérieux, mais oui... » C’est vrai que de ce côté-là, depuis le lycée, Mathilde avait jamais de chance, entre son frère surprotecteur, les garçons qui ne voulaient d’elle que pour satisfaire leurs besoins masculins ou ceux qui simplement s’en foutait d’elle, elle n’avait pas encore trouvé la perle rare. Mais bon, ça ne la gêne pas d’attendre, tout vient à point qui sait attendre comme on dit. En tout cas, elle put constater que du côté de Sébastien il n’y avait aucun de soucis, même si ce genre de comportement venant d’un garçon elle n’appréciait pas trop, elle préférait se taire, histoire de pas tout gâcher, après tout, elle n’était pas concernée et puis il était grand.

Monsieur faisait le beau en touchant ses cheveux, tel un mannequin que l’on voit dans les pubs de shampoing ‘moi j’utilise head et shoulders et je dis adieu aux pellicules’. « Oui c’est très beau, pleins de volume, mais tu sais quoi, avec des tresses ça doit être encore mieux ! » Elle se mit à rire, pas pour se moquer, juste que l’idée de voir Sébastien avec des tresses le long du crâne ben c’était drôle à imaginer, oui il lui en faut peu à mathou. « En tout cas ça te change, j’ai beugué sur ça l’autre soir, genre la dernière fois t’avais presque rien sur la tête maintenant t’as un carré quoi ! » Elle rigola encore. Elle était tellement prise par la discussion qu’elle ne savait pas trop où ils allaient, enfin elle connaissait l’endroit, une femme à le sens de l’orientation oui oui messieurs, mais voilà elle ne faisait pas gaffe aux rues qu’ils prenaient et tout. « Oh je suis sûr qu’il t’engage direct ! » Elle voulait prendre un air sérieux mais elle se mit à rire quelques secondes après.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Jeu 4 Fév - 12:43




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

« Ben ouais ! Jamais rien de sérieux, mais oui... » Ah, voilà qui l'étonne moins, non pas dans le sens qu'elle n'est pas sérieuse mais qu'elle a bien fréquenté d'autres personnes. Et puis même, de toute manière, il est très rare qu'on rencontre l'amour lors de ses années de lycée. L'âge con, l'âge où on s'amuse plutôt que de penser à fonder une famille. Evidemment ça n'englobe pas tout le monde mais une bonne partie des jeunes de maintenant. Sébastien ne rétorque rien oralement, uniquement avec petit hochement de tête. Il sent qu'elle est plus ou moins gênée par ce sujet. Lui non, personnellement, mais bon.

« Oui c’est très beau, pleins de volume, mais tu sais quoi, avec des tresses ça doit être encore mieux ! » Un sourire puis un rire. Lui aussi ne peut s'empêcher bien qu'il n'approuve pas tellement les tresses que Mathou propose sur lui. « Rien de tel pour ruiner une réputation. » Il prend évidemment tout ça à la rigolade, rajoutant. « J'espère que tu ne me feras jamais le coup un jour où je dors hein. » Et même si c'était loin d'être son but, sushi man vient de lui offrir une idée sur un plateau d'argent. « En tout cas ça te change, j’ai beugué sur ça l’autre soir, genre la dernière fois t’avais presque rien sur la tête maintenant t’as un carré quoi ! » Presque rien sur la tête... peut-être pas, quand même. Seb se souvient avoir eu les cheveux beaucoup plus courts, considérés comme à une longueur dans les normes pour un homme mais jamais à la limite du rasé. « Il faudrait retrouver des anciennes photos, ce serait drôle. » Une proposition qui est tentante et faisable un de ces jours en zieutant des albums photos. Des deux côtés. « Oh je suis sûr qu’il t’engage direct ! » Un énième rire à son tour, Sébastien s'attarde désormais sur les cheveux de la jeune femme. Ben oui, chacun y passe. « Les tiens en revanche n'ont pas beaucoup changé. Mais je me souviens de tes coupes de cheveux... Nattes, couettes. » Des coupes le plus souvent utilisées par les fillettes en primaire ou encore un peu au collège. De ce que Sébastien en a vu, en tout cas. « Tu devrais peut-être t'en refaire à l'occasion. » Remarque taquine, il l'invite de nouveau à la suivre dans une autre rue et devant eux ne tarde pas à apparaître le grand H&M de cordeliers ainsi que le métro presque à côté. De ce fait, il en profite pour savoir si elle a un but en tête. « Dis je t'ai pas demandé mais tu voulais aller quelque part en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Lun 8 Fév - 16:13

Elle commençait à se sentir de plus en plus à l’aise en compagnie du jeune homme, elle essayait tant bien que mal de retrouver ses marques, même si le temps a passé et qu’elle n’avait plus quatorze ans, se remémorer les souvenirs comme ça, ben ça rend un peu nostalgique, elle se souvient que seb était idolâtrer par toutes les filles de troisième, qu’elle avait été jalousée par ces même filles mais qu’à l’époque elle s’en foutait un peu de tout ça, elle était juste heureuse. « Tes conquêtes n’apprécieraient pas les tresses ? » Elle dit ça pour le taquiner un peu, puis lui renchérit avec une chose qu’il n’aurait peut-être pas du dire à voix haute, Mathilde avait une très bonne mémoire et il était presque sûr que si elle en avait l’occasion elle irait lui faire quelques tresses sur sa tignasse brune. Ils continuaient à marcher, sans but précis, qu’importe, c’était une bonne journée autant en profiter, puis mathou connaissait déjà par cœur l’endroit où ils se trouvaient. Les nuages noirs prenaient de plus en plus de place dans le ciel, la brune priait pour qu’il ne pleuve pas, pas seulement parce qu’elle n’avait ni parapluie, ni capuche, mais aussi parce qu’elle ne voulait pas écourter cet après-midi.  Le jeune homme la sortit de ses pensées, « oh oui c’est une idée sympa, surtout que ma mère à des albums remplis de la période du collège donc il doit bien avoir des bon gros dossiers. » Elle était déjà retombée dessus à vrai dire, quand elle était encore au lycée et qu’elle aidait ses parents à faire du rangement, elle ne s’était pas attardée dessus, ressasser le passé ce n’est pas trop son truc à mathou, elle aime bien aller de l’avant et vivre au jour le jour quoi. La remarque sur ses cheveux la fit sourire, c’est drôle qu’il se souvienne de l’habitude qu’elle avait à l’époque, rare était les fois où elle laissait ses cheveux détachés, « aha, alors déjà qu’on me donne pas du tout vingt ans, si je sors avec ces coupes là on va pas me prendre au sérieux. » Elle se mit à rire, c’est vrai qu’avec son visage un peu rond et sa petite taille, quand Mathilde dit avoir vingt ans les gens ont du mal à la croire et pourtant. « Oh non, moi ça me va si on marche sans trop regarder où, j’avais même pas capté qu’on était là pour te dire. » La foule était de nouveau présente face à eux, la jeune femme s’était habituée au calme des petites ruelles peu fréquentées.

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   Dim 14 Fév - 20:30




sébastien & mathilde


de l'eau a coulé sous les ponts

« Tes conquêtes n’apprécieraient pas les tresses ? » Non, pas vraiment non... Même si Mathou connaît aussi bien la réponse que lui, celle-ci sort malgré tout d'entre ses lèvres. « Avec des tresses, non. Et je ne sais pas trop quels prétendants ou prétendantes je pourrais attirer... » Il rigole mais d'un autre côté, se le demande vraiment. Enfin ce n'est pas pour autant qu'il fera l'expérience un jour. Sauf s'il est extrêmement bourré. Cette fois, il évite de l'énnoncer à haute voix. Inutile de donner plus d'idées sadiques à la jeune femme qui possède une bonne mémoire. « oh oui c’est une idée sympa, surtout que ma mère à des albums remplis de la période du collège donc il doit bien avoir des bon gros dossiers. » Comme ça l'intéresse, l'air de rien, il se demande quand ils pourront se voir chez elle concernant ces fameux dossiers. Lui qui n'a jamais été spécialement nostalgique, ça lui fait bizarre. Enfin... peut-être que c'est le cap des vingt-ans. « aha, alors déjà qu’on me donne pas du tout vingt ans, si je sors avec ces coupes là on va pas me prendre au sérieux. » Seb rigole en coeur avec elle. « Oh ça ne ferait pas de mal un jour. » N'empêche, dans quelques années, il pense bien que Mathilde sera contente de faire plus jeune... Comme beaucoup de femmes.

« Oh non, moi ça me va si on marche sans trop regarder où, j’avais même pas capté qu’on était là pour te dire. » Sébastien aurait pu être satisfait de cette réponse, de choisir leur destination, mais non... Il n'a aucune idée d'où aller. Excepté faire encore un bout de chemin jusqu'à hôtel de ville et sûrement encore plus loin en même temps qu'ils discutent. Ils pourraient également trouver un banc sur lequel se poser. Bref, alors que beaucoup de possibilités se bousculent dans sa tête, voici que la météo préfère choisir à sa place. D'abord le vent. Suivi de la pluie. Alors qu'il faisait beau, le temps se dégrade et ne laisse plus qu'une possibilité : s'abriter. Si encore il s'agissait de pluie fine, ça irait encore, mais tout se transforme bientôt en torrent. « Je crois que c'est ce qu'on appelle la poisse... » Le réflexe de Seb ? Entraîner Mathilde avec lui dans le magasin le plus proche, H&M, avant qu'ils soient encore plus trempés.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde   

Revenir en haut Aller en bas
 
de l'eau a coulé sous les ponts — feat. mathilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pont et tunnels de voies ferrées CXL11 ?
» Petites histoires de sous marins de la 2 nd guerre mondiale
» [Tuto] Créez une autoroute sous votre ville
» Les officiers sous Napoléon -- votre patronyme
» une histoire de sous-couche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciens rps-
Sauter vers: