ROARING LYON
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 12:38


©The6

Cassandre Héloïse Duval

nom complet ≌ Un prénom ne peut pas porter malheur. Coïncidence. Suprême hasard. Et pourtant il fallut que tes parents te nomment Cassandre, prénom maudit à l'histoire tâché de sang, douce fatalité qui t'arrache les tympans. Tel le serpent il ensorcelle, il charme pour mieux étouffer et faire sien. Il est à ton image, une tendresse exquise qu'on regrette aussitôt après avoir cédé. Cassandre la femme aux vérités qui ne sont jamais bonnes à dire. Celle qui fut rejetée, malmenée, punie. Elle tenait le destin des hommes entre ses mains et ne put empêcher la chute. Elle manipula pour obtenir et paya sa traîtrise, briser le coeur d'un dieu n'est pas sans conséquences. Toi-même tu casses sur ton passage, sans le vouloir, sans le savoir. Et le destin t'a jugé coupable pour tes crimes, tu payes ton égoïsme comme Cassandre paya pour ses fautes. Héloïse de ton second prénom, consonances françaises et élégance, une grâce que tu tiens de ta grand-mère maternelle. Duval pour compléter la mélodie du duo, mais tout ceci est trop long, tout le monde te surnomme "Cassie" et cela te sied bien mieux. âge & date de naissance ≌ Ici-même, Lyon et son crépuscule t'ont accueilli le premier janvier 1992, nouvelle année qui commence et le gel qui figeait le paysage, 24 années d'erreurs et d’insouciance, quand grandir est synonyme d'abandon et que le syndrome de Peter Pan s'empare de l'âme. signe astrologique ≌ Capricorne, un caractère bien affirmé et obstiné, pourtant t'es comme une balance, penchant tantôt la tête à droite, tantôt à gauche. Tu ne sais ce que tu veux, où aller, vers qui te tourner. T'es comme une ampoule qui grille, une montre pas à l'heure, tu te faufiles et fracasses. Jamais là où l'on doit te trouver, là où l'on t'attend. T'es pas douée pour répondre aux attentes, tu devances et déçois. Tu t'abîmes et tu crois que ça te plait. origines & nationalité ≌ Française de naissance, dans l'âme et dans les tripes, tu l'aimes ta patrie, ta ville, ces rues si familières. Et pourtant éprise de l'inconnu, t'aimerais t'aventurer, découvrir, voyager. T'aimerais partir, les pieds cloués au sol mais la tête dans les nuages et le lointain. job ou études ≌ T'es une vraie pile électrique, tu veux tout tester tout connaître, impossible de te poser. Instabilité chronique. T'as été en fac de lettres, d'arts plastique, de psycho. T'as fait des stages dans des boîtes de graph, des magasine, t'as été ici et là. T'aimes te cultiver mais à ta façon. Tu ne veux pas qu'on t'impose, qu'on te dicte et te diriges. Tu n'étais pas faite pour rester sur les bancs de la fac à écouter un professeur, suspendue à leurs lèvres mais le regard tourné vers l'extérieur. Fervente partisane de l'école de la rue. Tu fais tes propres erreurs, tes propres choix, tu apprends dans tes rencontres. Et pourtant faisais mine d'expérimenter la vie tu ne fais qu'y goûter. Sauvagement et timidement à la fois. Artiste un peu bohème qui ne vis pas de ta passion, t'écris, tu peins, tu dessines, tu photographie, tu colles et rafistoles. T'es partout à la fois. Veux toucher à tout sans jamais te poser. T'enchaînes les petits boulots par nécessité pas par envie, car t'es accrochée à ton indépendance et ton autonomie si durement gagné. Tu veux te débrouiller seule et te montrer adulte mais es touchée du syndrome de Peter Pan paradoxalement, tu ne veux pas réellement t'engager dans la vraie vie, la vie de grands comme tu dis parfois. Car tu n'en n'as vu que les plus mauvais aspects. Ta vie professionnelle est un joyeux bordel, tu n'arrives pas à garder un job. Changeant constamment d'envie et d'avis. Hier tu étais animatrice dans un centre-aéré, aujourd'hui opératrice du téléphone rose, demain serveuse. orientation sexuelle ≌ Tu aimes la poigne virile, le ton suave de la voix des hommes et leur barbe qui te pique le visage, leur force princière qui te sert les hanches et te domine avec adresse, leurs baisers enflammés et leurs étreintes musclées. Tu aimes leurs courbes divines et la douceur de leur peau, les lèvres gourmandes d'une femme sur ton épiderme glacée, leurs tendres caresses et leurs long cheveux qui chatouillent ton nombril. Tu prends ton plaisir au masculin et au féminin, l'orgasme n'a pas de genre. Bisexuelle. statut matrimonial ≌ Amoureuse à temps-plein. En couple à temps-partiel. Autrefois tu l'étais toujours, en couple. Avec un grand "C". Comme C'est le bon. Oublier ces hommes de passage qui ne t'ont pas regardé ou mal, ces aventures au goût amer, ces rejets que tu camoufle sous un masque de petit soldat fier. Parfois si fragile, si chancelante, sans point d'encrage, jouant des rôles dans lesquels tu te perds. Petite fille tremblante ou séductrice chevronnée, apprentie balbutiante ou chef de chantier galonnée. Même pour lui tu ne voulais pas te changer, pour ne plus te reconnaître, et faire la paix avec toi-même, abandonner tes masques et tes peurs. Ta dérive éperdue, prête à te donner au premier venu pour qu'il te parle de toi, qu'il te donne confiance en toi. En quête d'un regard qui te reconstruira. Parfois tu croyais qu'il était ce regard. Qu'il te reconstruisait. Et puis t'as cligné les yeux. Et il a disparu. Faut pas cligner des yeux, c'est dangereux, tout s'évapore en un éclair. Alors aujourd'hui volage, avec un petit "v" mais de grandes envolées. Tu te contente de goûter à quelques friandises de temps à autre, mais tu respecte les doses d'amour homéopathiques que tu t'es fixée. Tu te prends les pieds dans tes émotions. Désirant le seul être que tu ne peux avoir. La frustration te tort le coeur et le corps dès que tu croises son regard océan. situation familiale ≌ Autrefois y'avait de l'harmonie. De l'entente, du soutien, de l'amour. Autrefois vous étiez une famille. Soudée liée. Une famille unie, heureuse... Normale. Enfance période de l’insouciance. Et puis t'as grandi, trop vite, trop violemment. Ton père est mort. Un truc dégoûtant est venu le faucher, un truc appelé métastase, cancer. Ta mère s'est réfugiée au fond de son verre et n'a plus jamais été la même après ça. Tes frères ont foutu le camps. Parfois, souvent même, tu leur en veux, mais tu comprends. Si t'avais pu partir tu serais partie, si t'avais pu recommencer, changer, oublier. Mais t'as pas pu. Y'a toujours ceux qui s'en vont et ceux qui restent. Toi t'es restée. Au prix des rêves. De la vie. T'es restée pour être l'adulte et t'occuper d'elle et aujourd'hui ton passé est bloqué dans ton présent. situation financière ≌ Ça monte, ça descend. Ça change tout le temps. Tu peux être sacrément dans le rouge et complètement fauchée, à pas pouvoir payer ton loyer. Et parfois ça va mieux. Tu te préoccupe pas de ton compte, ça c'est l'affaire des banquiers et tu songes comment ils doivent s'ennuyer. groupe ≌ Tu rugis tel le tigre marquant ton territoire dans cette ville qui est tienne, tu sors les griffes et sautes à la gorge, te cramponnant à ce que tu connais avec ardeur et véhémence. avatar ≌ la belle Lily Collins, marquise des anges.


,, a lil more about u
T'es cette femme. Le genre de gonzesses qu'on ne comprend pas, on se demande comment elles fonctionnent. Celles qui n'ont pas l'air pratiques. Pas le genre à vous filer le mode d'emploi pour vous faciliter la tâche. En même temps qui aime avoir la tâche facile ? Aucune idée. (+) T'es cette femme : détestable avec ses proches, aimable avec le premier venu. Comme tu penses que tu n'as plus rien à gagner auprès des personnes avec lesquelles tu vis et que tu ignores tout ce qui est don, amour, générosité, tu ne fais plus d'efforts et exerces sur tes proches une tyrannie brutale, impitoyable, afin de les maintenir sous ton joug. Mais, remplie d'orgueil, il te manque ces douces flatteries chères à ton cœur, flatteries que tu ne peux récolter qu'auprès de parfaits inconnus, qui, ignorant le tréfonds de ton âme, te trouvent charmante, admirable, et te parent de toutes les qualités. Qualités dont tu te vaporises et que tu répètes à l'envi, mentionnant tous ces gens qui t'aiment tant et tant, qui se feraient couper en mille morceaux pour toi, qui te jugent si distinguée, si méritante, si éblouissante... Aussi fais-tu de louables efforts pour te gagner l'estime de ces gens-là, alors que tu soupçonnes tes proches d'avoir sondé le vide de ton cœur. T’espère ainsi gagner l'estime de ceux qui te sont étrangers et agrandir le cercle au centre duquel tu te places. En rendant service à de parfaits inconnus, tu en recueilles un gain d'amour-propre qui te conforte dans la haute opinion que tu as de toi-même. (+) Plus qu'un besoin de flatteries un besoin d'amour, d'attention, d'adoration. Manque à combler pour une femme-enfant, si l'être sensé nous aimer d'un amour incommensurable se défile alors il faut chercher cet amour ailleurs. Manque cruel de confiance en soi qui contrebalance une assurance et une sensualité affirmée, feinte. (+) Tu as la fâcheuse habitude de te précipiter dans des confidences afin d'accaparer l'attention de ceux qui t'impressionnent. Comme si tu ne t'estimais pas assez intéressante pour rester silencieuse, comme s'il fallait que tu te "vende", que tu livres un kilo de chair fraîche pour charmer l'autre. Une nécessité d'amour et de reconnaissance un peu tragique, parce que tu trouves toujours de la beauté dans les drames de la vie. Et tu te jettes dans ces relations vouées à l'échec tête la première, se faire aimer et aimer sont des concepts qu'on devrait apprendre à l'école, sinon on se retrouve avec des gamines comme toi, complètement à côté de la plaque. (+) Tu les connais à peine à chaque fois, mais tu peux faire une scène. Tu sautes sur le premier prétexte pour t'inventer un abandon, une trahison. Comme s'ils t'appartenaient. Comme si ta vie dépendait de lui ou d'elle. Mais c'est faux. Ta vie, elle t'appartient à toi. Et il est temps que tu lui trouves un sens en dehors de la femme ou l'homme adoré. Tu oublies qui tu es. Tu oublies que tu n'as besoin de personne, au fond. De personne. Tu te débrouilles très bien toute seule. Tu sais très bien vivre toute seule. Mais dès que quelqu'un se pointe, quelqu'un qui t'intéresse un peu, tu mets de côté la balaise, l'indépendante, pour retomber en enfance. (+) Tu es cette femme. Celle qui voit tout, qui sent tout, mille détails entrent en toi comme de longues échardes et t'écorchent vive. Mille détails que d'autres ne remarquent pas parce qu'ils ont des peaux de serpent, froides et impénétrables. Toi t'es comme une éponge. Les erreurs, la douleur. T'absorbes tout. T'es perméable. (+) On s'amuse beaucoup avec toi, pourtant personne n'ose être tout à fait familier. T'as une manière bien à toi d'installer une distance entre les gens. Tu détestes qu'on te presse, qu'on te bouscule. Tu as beau être cette boule d'énergie contradictoire tu peux devenir la plus fidèle des alliées. (+) T'es cette femme. Celle qui du plus noir malheur sait extraire une perle blanche, pure, nacrée qui brille dans l’obscurité et que tu suis aveuglément. Ton talent est là. Dans la résistance à un destin que la vie veut t'imposer et que tu refuses, petite humaine cramponnée à un bonheur que tu ne veux ni laisser passer ni accepter dans sa médiocrité. En toi et chez les autres. Tu fais des malheureux, bien sûr. Tu créé du malheur, de la souffrance. Chez toi et chez les autres. Mais t'as cette volonté, de les faire sortir de leur vie, tu les forces à se dépasser, à accepter une douleur, un destin qui les rend beaux. (+) Surtout tu es cette femme qui trouve la vie trop compliquée. C'est toujours comme ça avec toi, la vie est trop belle ou trop compliquée, trop triste ou trop gaie. Si tu devais dresser une liste de tes qualités et de tes défauts, t'aurais en face de chaque qualité son contraire : audacieuse et peureuse, généreuse et radine, humble et orgueilleuse, peste et délicieuse. Tu ne connais pas le juste milieu. T'es la reine des montagnes russes.


pseudo/prénom ≌ spf ça change tout le temps :cute: âge/pays ≌ le pays imaginaire, enfant perdue. type de personnage ≌ de ma caboche.  avis sur le forum ≌ simple et efficace, très chaleureux :panties: autre ≌ :sirene:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 12:38

,, lemme sit on top of your knees
Abandonnée...Laissée derrière, il est parti, il n'a rien dit. Et moi qui parvenais enfin à remonter la pente je suis tombée encore plus bas, toujours plus bas. Je ne me suis jamais arrêté sur ma vie, pour y penser, me poser, qu’est-ce que j'ai fait? Qu’est-ce que je fais? Où je vais? Ses questions je croyais y avoir répondu mais en fait, je ne sais plus, la vérité c’est que dans ma tête c’est un vrai bordel, je fonce dans un mur tout le temps. Je me détruis et je crois que j'aime ça. Tu crois que c'est à tes seize ans que tu t'es rendue comte que vous êtes pris au piège dans cette société, où vos rêves d'enfants sont bien trop grands. Alors vous vous résolvez à cesser de rêver d'une vie de nomade, de ce monde à explorer, de ces gens à découvrir, de ces choses à partager avec des gens qui n'ont pas le même environnement que vous. T'as toujours cru que le monde était à portée de main. Qu'être adulte était signe de liberté, d'indépendance, mais tu t'aperçois que vous êtes enchaînés par cette société où la liberté, quelle qu'elle soit reste minime. Tu veux pas te résoudre à ranger tes rêves au fond d'une boîte pour qu'ils ne deviennent que poussière, tu veux pas les voir se transformer en regrets. Tu tente de bâtir en toi une certaine force, plus mentale qu'autre chose. T'essaies de t'accrocher à un but... ce but a longtemps été celui « d'être heureuse », mais c'est assez large comme idée. Ta question est : comment le devenir ? C'était tellement plus simple quand t'avais huit ans, quand tu croyais que les problèmes futiles que t'inventais à tes Barbies seraient tes problèmes à toi d'ici une vingtaine d'années, quand t'avais ces étoiles dans le ventre à Noël, quand tu regardais des Walt Disney en pensant que ta vie serait tout aussi féerique que dans ces dessins animés, loin des guerres, de la haine, de l'égoïsme et de toutes ces autres innombrables choses qui hantent cette planète. Ce monde de démago où l'on vous apprend les choses à l'envers. Faut pas se laisser guider par les autres, par ces grands qui tentent de diriger, mais trouver la lucidité, et trouver cette force. Ne faites pas le mouton. Ne foncez pas dans le tas les yeux fermés, vous finirez par être tondu et vidé de votre douce âme... à croire en de la merde, à ne pas déchiffrer les codes... à vivre guidé inconsciemment sur le chemin du cercueil en paille. Toi tu ne veux pas de tout ça, mais tu t’y prends mal. Et puis tu es arrivée ici. Ici le monde des grandes personnes. L'équilibre brisé. Ici dans ce rien, ce vide, ce néant. Non, en fait c’est pas du néant mais du superflue. Trop de bruits, trop de lumière, trop d’agitation. Un vacarme immense et sans fin. T’étais perdue, esseulée, désemparée, désincarnée. Tu n’avais plus tes repères, tu étais seule dans cet amas d’immondices. Tu ne te reconnaissais même plus, suspendue à cette réalité effrayante. Tu avais tout, puis tout perdu, sensation de bonheur oublié qui te faisait écho douloureusement. Mort. On l'a mis en terre et tout s'est effondré pour toi. Il n'y avait plus de vous, plus de famille, plus d'avenir. Juste toi et elle, ou plutôt ce qu'il restait d'elle. Tu t’es effondrée. Dans un couloir vide de l'hôpital. Une fille à genoux qui mordait sa main dans l’espoir de ressentir quelque chose. Et qui hurlait. Qui hurlait une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Tu criais la fin d’un rêve, tu criais la fin du monde. Tu criais ce qui avait disparu en un instant. Fini. Terminé. Tu criais l’atroce réalité de cette vie injuste qui donne, et qui reprend. Tu criais ce que tu étais. Avais été. Ce que t'aurais pu devenir. Tu criais ta détresse, ta douleur, ton père. T'avais seize ans. Et tu t'es rendue compte que tu étais prise au piège.


J'ai fini par me dire qu'on éviterait le pire, qu'il fallait mieux couper plutôt que déchirer. J'ai fini par me dire que p't'être on va guérir, et que même si c'est non, et que même si c'est con, tous les deux nous savons que de toute façon, c'est fini. Nos deux mains se desserrent de s'être trop serrées, et la foule nous emporte chacun de nôtre côté – Il y a le début, ce beau début, cet intense, fugace, regretté début. L’histoire. Puis il y a la fin. Généralement ça se termine sur « ils étaient heureux… » Mais après ? Après le happy-end ? Personne ne se demande jamais ce qu’il se passe, ce qu’il se trame quand le rideau est tombé. Brusquement, assourdissant. On ne cherche pas à comprendre, à assimiler, on prend comme ça vient. Tu l’as pris, comme c’est venu, tu t’es trompée. Et si personne ne s’interrogeait parce que la fin si heureuse ne l’est pas tant que ça ? Tu l’as eu, mais comme promis c’était fugace, inespéré et trop fragile. Quand le bonheur vient on l’attend toujours avec une majuscule, et ses grands pas bruyants pour nous faire savoir que c’est lui, lui là, le voilà il est à vous et il faut le garder parce qu’il est si précieux. Mais en réalité ce n’est que fourbe, ce n’est qu’illusion, il arrive silencieusement sur ces jambes frêles et à peine on l’aperçoit qu’il a déjà filé. Filé entre vos doigts. Alors t’as débarqué dans cet autre chose loin de tout ce que tu connaissais. Et comment font-ils cela ? Et comment vivent-t-ils tout cela ? Tu as perdu tes repères. Tu as été chamboulée, amenée, malmenée. Puis tu as retrouvé. On t’a dis de faire attention mais cette voix de la raison tu ne l’as jamais écouté. Tel le petit chaperon rouge tu as fais confiance, tu t’es donné et as fini dévorée. Tu as été blessée dans un amour vain, dans un amour feint, tu as fais du mal toi aussi. Trop. Mais tu es ainsi, trop curieuse, trop aventureuse. Ce monde tu ne l’as pas crains, tu en étais avide, avide de tout. T’avais qu’à te baisser pour attraper les opportunités, pour attraper les possibilités, pour attraper la vie. C’est ce à quoi tu t’es attelée avec trop de dévouement, oubliant au passage celle que tu avais été, celui que tu avais aimé. Tu as effacé des bras pour te blottir dans d’autres. Cette réalité n’avait rien de magique, rien d’épique. Mais où étaient donc tes convictions ? Tu as laissé derrières tes promesses et noyée le reste. Puis tu as rouvert les yeux, tu es tombée de haut, de bien haut. Mieux vaut chuter que de ne jamais s’élever ? Il t’a pardonné, t’a rattrapé, aidé à te relever. Mais chaque jour est unique. Pensez à aujourd'hui et dîtes vous bien que demain tout cela ne sera que du vent, après-demain ce sera perdu. Votre vie vous échappe, des fragments glissent tout droit hors de votre mémoire. Tout ce qui faisait ton monde un jour s'est enfoncé au plus profond de ton esprit, il est allé se cacher dans un coin et a sombré dans l'oubli. Tu as oublié ces sentiments, ces odeurs, ces images, tu as oublié tout cet amour, ces rires, ces personnes qui étaient là, qui formaient cette bulle dans laquelle tu étais si bien mais qui a fini par s'éclater. Ce fut ça le plus triste, l'effacement de ces émotions, des souvenirs, comme si rien n'avait jamais existé. Comme si tout n'avait était qu'un rêve, que du flou. Il t’a fallu trouver le courage de l'accepter, il t’a fallu apprendre à laisser ses bagages se vider malgré toi, fallu savoir fermer la porte, jeter la clé, tirer un trait, tourner la page et la brûler. Pour recommencer ailleurs. Pour recommencer à zéro. Pour avoir encore mieux.

Des mois, des mois de bonheur c’est ce qu’il t’a donné. Mais encore une fois tu n’as pas su préserver son amour, tu n’as pas su garder ce trésor. Tu savais que tu étais incapable de tenir un cœur entre tes mains sans faire de dégâts. Incapable d'en prendre soin, et de lui apporter l'unique chose dont il a besoin... de l'amour. Quand tu vois parfois comment l'amour peut être si simple... et puis comment ailleurs il peut être si compliqué. Tu n’as pas envie de te tuer l'esprit à comprendre pourquoi avec toi ça ne marche pas... ça ne marche jamais. Il a été l’amour de ta vie mais tu ne seras qu’un chapitre de la sienne. Tu l’as su au moment où l’on t’a annoncé la nouvelle. Tu l’as tué. Tu vous as tué et de cela jamais tu n’obtiendras le pardon. Tu ne peux le décevoir encore, tu n’en as pas la force. Tu ne mérites pas ce qu’il t’offre. Quand il t’apporte de la joie tu ne lui rends que du désespoir et une place vide dans votre appartement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 13:05

je suis bonne pour l'avoir dans la tête toute la journée :hihi:
bienvenu officiellement Cassie, bon courage pour la fin de ta fiche. j't'ai mpotté pour un lien, so on verra :hehe:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 13:11

entre ça et Gigi décidément je vous gatte de chansons :lolo:
oui j'ai reçu, je voulais poster ma fiche avant d'y répondre :cara: mais je t'oublie pas tkt :ananas: :ananas:
merci :hug:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 13:15

t'es un peu ma référence en matière de musique, j'dis juste :hihi: no soucis beauté :hehe:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 311
≌ FACE, CREDITS : vanessa hudgens, ultraviolences


,, hear me roar.
≌ disponibility: y a de la place
≌ contacts:

MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 13:18

c'est caroline, tu nous mens Arrow I love you
j'aime beaucoup le début de ta fiche, hâte d'en lire plus :coeur:

edit - j'viens de voir que t'es la frangine de jonas :argh:
bon va falloir, qu'on se trouve un lien :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 13:27

bienvenue. :hehe:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 390
≌ FACE, CREDITS : emma roberts (©honeybones)


,, hear me roar.
≌ disponibility: (4/4) ✯
≌ contacts:

MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 15:30

comment t'es belle :yy:
bienvenue officiellement mademoiselle :love:

_________________
if the whole world was watching i’d still dance with you, drive highways and byways to be there with you, over and over the only truth, everything comes back to you.
☆ ☆ ☆ ☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 15:36

bienvenue et bon courage pour ta fichette :bril:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 18:34

bienvenue et bonne chance pour ta fiche :bril:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 18:54

elle est belle, elle est parfaite, elle est un peu à Adnan (quelque part, de loin) :bu:
Bref, j'adore le début de ta fiche, tu écris vraiment superbement bien, bienvenue encore et bon courage :cr: :cr:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 20:08

Lucie Nilsonn a écrit:
t'es un peu ma référence en matière de musique, j'dis juste :hihi: no soucis beauté :hehe:

oh je suis flattée :girl:
je suis en train de parler avec Robb, je t'envoie un mp juste après je pense qu'on pourra se détester grâce à lui :sirene:

Adèle Bertrand a écrit:
c'est caroline, tu nous mens Arrow I love you
j'aime beaucoup le début de ta fiche, hâte d'en lire plus :coeur:

edit - j'viens de voir que t'es la frangine de jonas  :argh:
bon va falloir, qu'on se trouve un lien  :hihi:

ouais je triche je sais :lolo:
merci, contente que ça te plaise :cute: En effet, je suis la cadette des Duval, Jonas c'est mon frangin lâche qui s'est barré à 18 ans en me laissant avec une mère dépressive :boude:
si vous avez un lien alors oui bien sur :bur:

Adnan Thuault a écrit:
elle est belle, elle est parfaite, elle est un peu à Adnan (quelque part, de loin) :bu:
Bref, j'adore le début de ta fiche, tu écris vraiment superbement bien, bienvenue encore et bon courage :cr: :cr:

Parfaite dans ses imperfections alors :mdr:Arrow Elle est un peu beaucoup à Adnan en effet (je parle de lui dans "situation matrimoniale" à la fin regarde bien :hihi:
ooooh t'es trop mignonne merci :bril: :bril: :hug: contente que ma plume te plaise. Et j'attend toujours ton mp jte boude :red:

Mathilde, Arthur, Jules & Louis merci beaucoup à vous :keur: :keur: :coeur:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 20:13

hey, salut toi :hehe: I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 20:15

Simon Dumas a écrit:
hey, salut toi :hehe: I love you I love you

on s'est égaré coloc? :hihi: :lick:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 20:16

LE TITRE :bril: et puis Lily, quel super choix. Bienvenue parmi nous, bon courage avec ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 630
≌ FACE, CREDITS : jeremy by dark dreams.


,, hear me roar.
≌ disponibility: 3/4.
≌ contacts:

MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mar 26 Jan - 21:23

lily :fall: quelle beauté :moh:
wilkommen meine kleine tartiflette :lolo: (pardon Arrow ) hâte de lire la suite :perv:

_________________

you don't know it, when it's fate ;
YOU FEEL IT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 0:15

Caro ton prénom va à merveilles avec mon titre :siffle:
merci ma belle :bz:

Ben OMG Jeremyyy :vv: :vv: :vv: fan de shameless on :keurbz: :fuckme: :lick:
meine kleine tartiflette mdrrrrr :mdr: quelle superbe entrée en matière tu fais fort :mdr: j'aime ce surnom ça claque Arrow
Merci à toi :coeur:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
≌ MESSAGES : 630
≌ FACE, CREDITS : jeremy by dark dreams.


,, hear me roar.
≌ disponibility: 3/4.
≌ contacts:

MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 0:27

j'ai exceptionnellement pas eu allemand aujourd'hui je suppose que j'ai dû compenser quelque part :mdr: ça sera ton surnom officiel maintenant :siffle: j'aime marquer les esprits :sisi:
allerrrr courage pour ta fiche ma kleine tartiflette :love: plein d'ondes positives pour toi :keur:

_________________

you don't know it, when it's fate ;
YOU FEEL IT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 0:42

fais gaffe à pas trop compenser tu pourrais faire fuir :mdr: bientôt ça sera meine schöne Kartoffel :mdr:Arrow L'allemand j'en fais plus depuis quelques années et ça me manque pas.. pas que j'aime pas la langue, mais elle ne m'aimait pas bcp je crois, mes profs étaient désespérés de mon cas :hihi:
merciii mon ptit cornichon je vais essayé de boucler ça demain :vv:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 15:45

Lily Collins, je suis tellement fan du choix. :keur: :cute: Je viendrais exiger un lien après ta validation ou avant, si jamais une idée me traverse l'esprit. :**: Bonne chance pour le reste de ta fiche. :hug:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 15:46

Bienvenue ma belle :lick:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Mer 27 Jan - 21:18

Sarah Lefevre a écrit:
Lily Collins, je suis tellement fan du choix. :keur: :cute: Je viendrais exiger un lien après ta validation ou avant, si jamais une idée me traverse l'esprit. :**: Bonne chance pour le reste de ta fiche. :hug:

Après ou avant c'est comme tu le sens, si jamais ma boîte mp t'est ouverte ma belle :vv: :vv: :hug:
Merci à toi :coeur: :cute:


Woody merci! :bur:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Jeu 28 Jan - 18:09

c'est toi qui me pique léa. :red:
pas contente. :red:
bienvenue quand même. :hihi:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Jeu 28 Jan - 18:24

Léa? :mdr: Who is that? :mdr:
merci :lolo:

EDIT : tu parles d'Adnan? :hihi:
Si c'est le cas alors oui, et même que je partage pas avec les petites catins :red:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    Jeu 28 Jan - 18:40

je ne suis pas une petite catin. :red: (j'suis une grosse prostipute. Arrow )
et puis d'abord j'ai pas d'arguments alors...
maieuh. :cry:
j'vais l'dire à adnan. :moh:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)    

Revenir en haut Aller en bas
 
l'as de trèfle qui pique ton coeur (cassie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Caliel ◮ je suis l'as qui pique ton coeur et te laisse sur le carreau.
» Emma ๑ l'as de trèfle qui pique ton coeur
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» PIQUE NIQUE MAH JONG
» Sora, ou l'élu au coeur pur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROARING LYON :: ,, SHUT UP AND LET ME GO :: we could be immortals :: anciennes fiches-
Sauter vers: